Hommage à Paulin Soumanou Vieyra au Fespaco

Publicité

L’Association PsvFilms rend hommage au Précurseur du cinéma africain à l’occasion des 30 ans de sa disparition.

Béninois de naissance et Sénégalais d’adoption, Paulin Soumanou Vieyra est né le 31 janvier 1925 à Porto-Novo, alors au Dahomey, aujourd’hui Bénin et mort le 4 novembre 1987 à Paris. Il repose au cimetière de Bel Air à Dakar au Sénégal.

Premier Africain diplômé de l’Institut des Hautes Etudes Cinématographiques (IDHEC), aujourd’hui (FEMIS), il tourne en 1955 à Paris n’ayant pas obtenu les autorisations de tourner en Afrique, Afrique-sur-Seine, film culte qui marque les débuts du cinéma africain.

À l’origine de la Fédération Panafricaine des Cinéastes (FEPACI) en 1969, il est reconnu comme le premier critique et le premier historien du cinéma africain avec la publication, en 1975, de « Le Cinéma africain : des origines à 1973 ». Il est le mentor de grandes figures du septième art, telles que Ousmane Sembène, Djibril Diop Mambéty, Ababacar Samb Makharam.

Programme des Hommages au FESPACO du 24 février au 3 mars

1. Vendredi 24 février ouverture du stand de PsvFilms sur le site de l’Institut Français de Ouagadougou, exposition © 2017 sur Paulin S. Vieyra (www.psv-films.fr)

Afrique sur Seine, 1955
L’Afrique est-elle en Afrique, sur les bords de la Seine ou au Quartier Latin ? Interrogations aigres-douces d’une génération d’artistes et d’étudiants à la recherche de leur civilisation, de leur culture, de leur avenir. Ce film, premier essai de cinéastes Africains, a été réalisé sous le patronage du Comité du film ethnographique du Musée de l’Homme.

Une Nation est née, 1961
Le cheminement du Sénégal, de la colonisation à la souveraineté nationale, traité de façon allégorique

Lamb, 1963
La lutte traditionnelle qui se dénomme Lamb en wolof et qui rappelle la lutte gréco-romaine, est un sport national très prisé au Sénégal. Elle a des règles particulières et très strictes.

L’Envers du décor, 1981
Reportage (making off) sur Ousmane Sembene, un des plus grands cinéastes d’Afrique Noire, pendant le tournage de « Ceddo »

2. Samedi 25 février au Ciné Burkina présentation du film «DESTIN COMMUN, Hommage à 3 éclaireurs de 7ème Art» 60 mn d’images inédites sur Paulin Soumanou Vieyra, Sembène Ousmane et Jean Rouch.

Synopsis
Il y a des dates qui nous rappellent à notre Histoire.
Il s’agit de l’Histoire du 7ème art africain, de ceux qui ont contribué à ouvrir cette belle route de l’engagement et du partage par l’image, endossant chacun un rôle et chacun un destin.
Ousmane Sembène décède en 2007, laissant un énorme vide, tant son charisme occupait l’espace cinématographique et tout autre espace, et tant son talent jetait de l’ombre sur les plus jeunes, tout en leur servant d’exemple.
Paulin Soumanou Vieyra décède en 1987, laissant derrière lui une œuvre universelle même si inachevée. Discret, visionnaire, à l’écoute, il a joué le rôle de l’éclaireur allant, dès 1948, interpréter aux cotés de Gérard Philippe le tirailleur du « Diable au corps ». Ayant la possibilité de tourner en France, il réalise le premier, en 1955, avec ses copains, le doux et magistral « Afrique-sur-Seine ».
Jean Rouch, qui aurait eu 100 ans aujourd'hui, a partagé toute sa vie durant des images et des paroles avec ses amis africains en cinéma, de Paulin S. Vieyra à Sembène Ousmane, de Moustapha Alassane à Oumarou Ganda, de Djingareï Maïga à Inoussa Ousseini, de Damouré Zika à Zalika Souley, de Safi Faye à Ola Balogun, de Désiré Ecaré à Djibril Diop Mambéty, de Sidney Sokhona à Timité Bassori, de Souleymane Cissé à Idrissa Ouedraogo…

Jean, cet artisan enthousiaste de films documentaires et de fiction, rendait hommage - il y a 30 ans déjà ! - à Paulin à peine disparu, en présence de Sembène, à la Cinémathèque française qui se trouvait encore à Chaillot...

3. Dimanche 26 février à l’issue de la Libation, inauguration du buste de Paulin Soumanou Vieyra au siège du FESPACO.
(Libation organisée à chaque FESPACO (selon la tradition africaine) au pied du monument, est une occasion d’honorer les ancêtres et de demander leurs bénédictions).

4. Jeudi 2 mars L’Institut Français de Ouagadougou propose de 14h à 18h des projections de films en Hommage à Ousmane Sembène, Paulin Soumanou Vieyra et Jean Rouch

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail