Accéder au contenu principal

«Les Observateurs» de France 24: dix ans de journalisme participatif

"Les Observateurs" de France 24 fêtent leurs 10 ans d'existence.
"Les Observateurs" de France 24 fêtent leurs 10 ans d'existence. Les Observateurs/France 24
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Lancé en 2007, le site des Observateurs célèbre aujourd’hui ses dix ans de journalisme participatif et d’information en « images amateur ». En une décennie, la chaîne a créé de toutes pièces un large réseau d’informateurs à travers le monde : les photos, les vidéos et les témoignages publiés sur le site proviennent des 5 000 contributeurs qui travaillent avec les journalistes de France 24, chargés de sélectionner, vérifier, traduire et expliquer chaque contenu avant de le diffuser.

Publicité

Forts de 5 000 collaborateurs à travers le monde, d’une dizaine de journalistes à Paris, d’un site internet en français, en anglais, en arabe et en persan, et d’une émission par semaine, les Observateurs de France 24 occupent le paysage médiatique depuis maintenant dix ans. Leur objectif : mettre en lumière des témoignages, des vidéos et des photos pris par des citoyens « au cœur de l'événement ».

« Nos Observateurs ne sont pas des hommes ou des femmes politiques, des PDG de société ou des porte-parole de gouvernement. Ce sont des gens qui vivent et travaillent dans une communauté donnée et qui, très souvent, souhaitent faire bouger les choses », détaille Derek Thomson, rédacteur en chef des Observateurs. « Ils ne remplacent en aucun cas les professionnels de l’information », indique-t-il, en décrivant une « collaboration entre journalistes et contributeurs amateurs ». Ainsi, pas question d’envoyer les différents Observateurs en mission, ou de leur faire des commandes.

Des Obs partout dans le monde

« Identifiés et fiables », ces collaborateurs viennent de tous les continents et envoient – de façon régulière ou ponctuelle - leurs contenus via WhatsApp, Facebook, mail ou Télégram. « Nos Observateurs nous ont permis, à de multiples reprises, d’être les premiers sur l’information, grâce à des témoignages et des images qu’aucun journaliste n’était encore en mesure de recueillir sur place. Aujourd’hui, dès qu’un événement se produit dans le monde, nous recevons des centaines de messages », témoigne le rédacteur en chef des Observateurs.

Ainsi, les « Obs » furent les premiers à couvrir les manifestations de Sidi Bouzid en Tunisie, qui réclamaient le départ de Ben Ali, grâce à un Observateur présent sur place. Ce mois-ci, le site met à l’honneur les contributeurs qui ont marqué la décennie, à l’image d’un activiste brésilien, d'un témoin privilégié du Kivu, d'une activiste guinéenne et d'un observateur saoudien.

Vérifier l'authenticité des images

Vidéos, textes, photos : tous les contenus publiés sur le site proviennent d'amateurs, mais ils sont sélectionnés, vérifiés, traduits et expliqués par des journalistes de France 24. « Il est primordial de vérifier l’authenticité des images amateur, car très souvent elles partent sur les réseaux sociaux sans aucun contexte et sans source », explique Derek Thomson. Les vérifications sont effectuées par une équipe de journalistes, à l’aide de différentes techniques : recherche inversée, usage des réseaux sociaux, appel à d’autres sources sur le terrain, mais aussi connaissances journalistiques. « Nos experts maîtrisent parfaitement ces techniques après 10 ans d’utilisation », témoigne Derek Thomson.

Afin de rendre accessible à tous leur expérience en matière de vérification et de fact-checking, les Observateurs réfléchissent à la création d’un « site pédagogique » et de vidéos explicatives sur la façon de consommer et traiter les images amateurs sur les réseaux. Ce dixième anniversaire est aussi l’occasion d’évoquer de nouveaux projets, comme celui d’une nouvelle émission « spécialement tournée vers les téléspectateurs d'Afrique francophone, qui sont parmi les plus fidèles publics et contributeurs », conclut Derek Thomson.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.