Accéder au contenu principal
Afghanistan

Révélations sur la mort de dix soldats français

Sur la route de Saroubi, à une cinquantaine de kilomètres à l'est de Kaboul, une embuscade tendue par une centaine de talibans a coûté la vie à 10 soldats français.
Sur la route de Saroubi, à une cinquantaine de kilomètres à l'est de Kaboul, une embuscade tendue par une centaine de talibans a coûté la vie à 10 soldats français. (Photo: DR)

Nouvelles révélations sur la mort de dix soldats français dans une embuscade en Afghanistan en août 2008. Selon le journal britannique The Times, si les Français ont subi de lourdes pertes c'est parce qu'il leur manquait une information cruciale. Selon le quotidien britannique, les militaires ont mal évalué les risques de leur mission et ils sont tombés dans une embuscade parce que les Italiens ne les avaient pas avertis qu'ils payaient les talibans pour maintenir la paix dans la région.

Publicité

Quand le détachement français s'est engagé dans l'une des vallées de la région de Saroubi, il pensait que la zone était relativement calme. Un mois plus tôt, les Italiens lui avaient transmis le commandement de la zone. Pendant presque un an, les troupes italiennes n'avaient eu à subir aucune perte. Mais ce que les Français ne savaient pas, c'est que cette paix relative avait un prix : celui que les commandants talibans de la région avaient exigé pour cesser les attaques. Les Italiens avaient payé cette accalmie relative et en avaient profité pour soutenir des actions de reconstruction dans la zone.

Cela peut être une stratégie de payer les combattants pour faire baisser le niveau de violence mais c'est de la folie de ne pas en avertir ses alliés, explique un responsable de l'OTAN sous couvert d'anonymat. C'est parce qu'ils n'étaient pas informés que les Français ne sont pas méfiés et sont donc tombés dans l'embuscade meurtrière.

Les Français n'étaient pas les seuls à ignorer la stratégie italienne. Les forces américaines ont découvert cette pratique en juin 2008 seulement et grâce à des écoutes téléphoniques. L'ambassadeur américain à Rome avait alors demandé des explications au gouvernement de Silvio Berlusconi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.