Accéder au contenu principal
Brésil

Flambée de violence à Rio de Janeiro

Hélicoptère de la police brésilienne, touché par des tirs de fusil des trafiquants de drogue
Hélicoptère de la police brésilienne, touché par des tirs de fusil des trafiquants de drogue Reuters
1 min

Un conflit entre bandes rivales de trafiquants de drogue et policiers a fait samedi 17 octobre au moins douze morts, dont deux policiers, dans un quartier populaire de Rio de Janeiro. Deux policiers ont été tués et deux autres blessés dans l'explosion de leur hélicoptère, touché par des tirs de fusil de trafiquants de drogue. La violence est le problème numéro un de la ville qui accueillera les Jeux Olympiques d'été de 2016. 

Publicité

Avec notre correspondante à Brasília, Annie Gasnier

« J’espère que nous aborderont 2016 en paix » a déclaré le gouverneur de Rio. Les autorités de la future cité olympique ont mobilisé plus de 2000 policiers pour ramener le calme dans la périphérie Ouest de la ville, après une journée d’affrontement entre gangs de trafiquants de drogue et policiers qui ont semé la panique au « Morro dos Macacos.»

Selon le chef des opérations, les policiers avaient été postés au bord de la favela pour empêcher l’attaque de bandits voulant annexer le territoire rival. Les nombreuses entrées du bidonville et la nuit auraient empêché les forces de l’ordre de s’interposer. Dans la matinée des renforts sont arrivés mais l’hélicoptère mobilisé pour soutenir les troupes de la police militaire a été abattu.

L’appareil a pris feu apparemment sous les tirs nourris de fusils et de mitraillettes et explosé en touchant le sol. Deux des six policier à bord sont morts. Dans les ruelles tortueuses, dix hommes présentés comme des marginaux ont été tués. Le gouverneur Sergio Cabral explique que «ces violences résultent du combat mené contre les trafiquants de drogue de Rio et que le cap sera maintenu »
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.