Accéder au contenu principal
Israël / Turquie

Appels au boycott du café et des sites touristiques turcs

Le café turc et les voyages en Turquie font l'objet d'une campagne de boycott en Israël.
Le café turc et les voyages en Turquie font l'objet d'une campagne de boycott en Israël. AFP / Yehuda Raizner
Texte par : Michel Paul
2 min

Une grande chaîne israélienne de cafés a décidé de cesser de vendre du café turc et la compagnie aérienne israélienne El-Al, a appelé ce dimanche au boycott des sites touristiques turcs, très prisés en Israël, à la suite des tensions diplomatiques récentes entre Ankara et Jérusalem. Les relations entre Israël et la Turquie, alliés stratégiques, se sont nettement dégradées lorsque la Turquie a vivement critiqué l'opération militaire « Plomb durci » à Gaza en décembre-janvier derniers. Elles ont connu une nouvelle poussée de fièvre début septembre, lorsque le gouvernement turc a écarté l'aviation israélienne de manoeuvres en Turquie. Et cette semaine, Israël a vivement critiqué un feuilleton diffusé à la télévision turque, qui montre des soldats israéliens tuant délibérément des enfants palestiniens.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

Les Israéliens passent à la contre-attaque mais sur un tout autre front. Istanbul, c’est aussi une marque de café turc (comme son nom l’indique) très prisée en Israël. Les grandes surfaces en Israël ont décidé de la retirer de la vente, jusqu’à ce que les choses s’arrangent, selon un responsable du marketing. De toute façon, les clients n’achetaient plus spontanément ce produit, indique-t-on. Mais ce n’est pas tout, le boycottage de la Turquie ne se limite pas au café.

Les grands comités d’entreprise en Israël ont décidé de rayer le pays de la liste des destinations pour les congés de la Pâque juive. Si la Turquie est le lieu de vacances favori des Israéliens, le tourisme en provenance d’Israël ne représente que 2% en Turquie.

La Turquie est le onzième partenaire commercial d’Israël

Israël exporte vers la Turquie pour un milliard de dollars par an de marchandises, notamment du matériel militaire, mais aussi des produits chimiques, des équipements électriques, du plastique, du textile, des instruments médicaux et optiques.

De son côté, la Turquie fournit à Israël pour deux milliards de dollars par an de produits chimiques, des matériaux de construction et du textile.

La crise politique risque donc d’avoir des répercussions économiques sérieuses, surtout au détriment d’Israël.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.