Accéder au contenu principal
Territoires palestiniens / Egypte

La réconciliation palestinienne encore différée

Le Hamas fait attendre sa réponse sur la réconciliation avec le Fatah. Le mouvement islamiste devait donné sa réponse ce dimanche sur une proposition égyptienne à laquelle le parti de Mahmoud Abbas a déjà donné son accord. Une fois de plus, la réconciliation palestinienne paraît hors de portée.

Publicité

Avec notre correspondant à Ramallah, Karim Lebhour

C’est la quatrième fois depuis le début de l’année qu’un plan de réconciliation entre le Hamas et le Fatah est reporté. L’Egypte voulait une signature le 26 octobre. Le Caire avait donné jusqu’à ce dimanche aux deux parties pour accepter ou non sa proposition. Un accord minimal avec la mise en place d’un comité de coordination entre la Cisjordanie et Gaza ; le Hamas et le Fatah gardant chacun le contrôle de leurs territoires respectifs.

Le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a accepté, mais le Hamas traîne les pieds. Le mouvement islamiste invoque les hésitations du gouvernement de Ramallah sur le rapport Goldstone et affirme avoir quelques réserves sur le texte. Pas question d’accepter quelque modification que ce soit, ni nouveau délai dit-on du côté de l’Autorité palestinienne où l’on accuse le Hamas de vouloir faire dérailler les efforts de réconciliation.

Pour accentuer la pression, Mahmoud Abbas annoncera la semaine prochaine la date des élections palestiniennes. Il évoque le 25 janvier 2010. Une date dont le Hamas ne veut pas et qui promet de nouvelles empoignades sur une unité palestinienne décidément insaisissable.

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

« Mauvaise foi ! ». Le responsable égyptien cité par le journal gouvernemental, Al Ahram, n’y est pas allé par quatre chemins. Une accusation à la mesure de la colère égyptienne après que le Hamas ait demandé le report de l’accord interpalestinien à partir de Damas.

Le responsable égyptien laisse d’ailleurs entendre que la demande du Hamas a été téléguidée de l’étranger. La presse officielle à souvent accusé le Hamas d’être devenu, comme le Hezbollah libanais, un bras armé de l’Iran. Au sujet du rapport Goldstone utilisé par le Hamas pour reporter la signature, le responsable cité par al-Ahram estime qu’il s’agit de tergiversations.

« Reporter la signature d’une réconciliation historique pour un rapport, initialement condamné par le Hamas, et dont on ne connaît pas les résultats prouve qu’il y a mauvaise foi » a déclaré le responsable égyptien avant de conclure par une mise en garde. « L’Egypte est un grand pays qui doit être traité en tant que tel et non comme une vulgaire petite faction ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.