Accéder au contenu principal
Energie

Les émissions mondiales de CO2 en chute «grâce» à la crise!

La circulation automobile, les activités industrielles et le chauffage sont les principaux responsables des émissions de particules fines.
La circulation automobile, les activités industrielles et le chauffage sont les principaux responsables des émissions de particules fines. AFP
Texte par : RFI Suivre | AFP
2 min

 L’Agence internationale de l’Energie publie un rapport qui révèle un impact important de la récession économique sur les émissions de gaz à effet de serre au moment où l’Organisation des Nations unies rassemble de nombreux dirigeants autour du sommet climat ce mardi à New York,.

Publicité

(Première publication le 21/09/2009)

« Nous avons étudié la consommation d'électricité, de charbon, de pétrole et de gaz pays par pays sur les huit mois, huit mois et demi écoulés et nous avons fait des estimations pour les trois prochains mois », a expliqué Fatih Birol, économiste en chef de l'AIE, en référence à l'analyse de l’agence internationale de l’énergie (AIE) sur les pays de l'OCDE et extérieurs à l'organisation.

Moyennant quoi, selon L’AIE, les émissions de CO2 ont baissé en 2008, et cette baisse est la plus importante des 40 dernières années ! Dépassant même celle survenue lors de la crise pétrolière de 1981.

Principale cause de ce fléchissement, donc la récession économique : En 2008 l’activité industrielle a été freinée or c’est l’industrie qui est responsable de la plus grande part des émissions mondiales.

En attendant le Sommet de Copenhague ...

Mais ce n’est pas tout : avec la récession, des projets comme l’ouverture de plusieurs centrales à charbon ont été annulés ou reportés, faute de financements.

Aussi et c’est important : selon l’agence, les politiques de réduction des émissions commencent à produire des résultats. C’est le cas des initiatives européennes qui visent à réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre (GES) avant 2020, mais aussi des initiatives chinoises d’efficacité énergétique et même des règlementations américaines sur les émissions des voitures.

Une baisse qui est limitée, peut-être très passagère, mais qui peut prendre tout son sens si un accord international est conclu en décembre prochain à Copenhague. Un accord loin dêtre évident pour le moment!

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.