Accéder au contenu principal
France/ Pollution

Des poissons contaminés au PCB

Agnès Rougier/ RFI
Texte par : Dominique Raizon
2 min

Les PCB sont des agents polluants et toxiques qui, théoriquement, ne sont plus produits depuis vingt ans et qui doivent être éliminés de manière contrôlée par des entreprises agréées de destruction des déchets. Leur utilisation doit être définitivement arrêtée pour 2010.

Publicité

Cet été, la consommation de poissons pêchés dans certaines zones de deux affluents du Rhône et de la Saône est interdite en raison d'une contamination au pyralène (PCB), récurrente depuis des années. Les PCB -des dérivés chimiques chlorés regroupant quelque 209 substances apparentées- ont des qualités d'isolation électrique, de lubrification et de d’ininflammabilité. Produits dans l’industrie pour des applications liées aux transformateurs électriques et aux appareils hydrauliques, leur toxicité est un danger à la fois pour l’homme et pour l’environnement. Pour cette raison, depuis 20 ans, ces substances ne sont théoriquement plus ni produites ni utilisées dans la fabrication d’appareils en Europe.

Actuellement, des contaminations persistent, qu'elles soient liées à certaines installations soumises à réglementation qui rejettent encore des émissions de PCB dans l’eau (même si c’est en quantités faibles et contrôlées) ou qu'il s'agisse de sédiments pollués et non décontaminés. En effet, progressivement accumulés dans les sols et les sédiments, très faiblement biodégradables et peu solubles dans l'eau, les PCB persistent dans l’environnement.

Un taux de tolérance supérieur à celui recommandé par l'OMS

Cet été, le Rhône en fait l'illustration : les dernières analyses des deux affluents, l'Azergues et du Gier, ont permis de constater que « toutes les espèces concernées ont un taux de contamination en PCB supérieur à la norme recommandée par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans les aliments destinés à la consommation humaine », selon les déclarations de de la préfecture du Rhône.

Pour l'Azergues, l'interdiction porte notamment sur une zone située entre le barrage de Morancé et la jonction avec la Saône. Pour le Gier, l'arrêté préfectoral porte sur le cours principal de la rivière depuis le barrage de Soulages jusqu'à la confluence avec le Rhône à Givors.

Dès septembre 2006 à Lyon (sud)

La pollution aux PCB avait provoqué l'interdiction de consommation des poissons du Rhône, dès septembre 2006 à Lyon, qui avait été élargie en 2007 pour, finalement, toucher tout l'aval du fleuve, jusqu'à la Méditerranée.

En juin 2008, de nouvelles analyses concernant les taux de contamination aux PCB du Rhône, plus précises, avaient permis une levée partielle des interdictions de consommation et de commercialisation des poissons pêchés dans le fleuve. Ces interdictions, qui avaient été étendues à la Saône en février dernier, ont également été partiellement levées pour cette rivière.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.