Accéder au contenu principal
Espace

L'Europe ne s'engagera pas seule dans les vols habités

© Nasa
Texte par : Dominique Raizon
3 min

Oui, l'Europe est partante pour participer à des vols habités vers la Lune et Mars, mais « une aventure européenne en solo aujourd'hui ce n'est pas possible, c'est trop coûteux, en revanche nous pouvons participer à une aventure mondiale avec les Etats-Unis, avec la Russie, avec d'autres », a déclaré la ministre française de l'Enseignement supérieur et de la recherche Valérie Pécresse, à l'occasion du 40ème anniversaire des premiers pas de l'Homme sur la Lune.

Publicité

Les Américains envisagent d'installer une base lunaire permanente, à l'image de l'actuelle Station spatiale internationale, aux alentours de 2018-2020. L'objectif ? Apprendre à travailler entre partenaires internationaux dans la perspective d'un vol habité à l'horizon du milieu du XXIe siècle.

Le retour sur la Lune se fera-t-il ? ...

Assurément, estime Jean-Pierre Haigneré, qui a volé à deux reprises dans l’espace à bord de la station Mir. Selon lui, « ce sera une reconquête de loa frontière de l'humanité, pour aller vers Mars.»

Aujourd'hui on voit bien que l'homme est un peu encombrant pour notre planète. Un jour des hommes et des femmes iront vivre sur Mars.

Jean-Pierre Haigneré

A quoi ressemblera cette station et qu'est-ce que les hommes iront y faire au juste?

La Lune est un livre d'histoire de la formation de notre propre planète et du système solaire. On ne pourra pas y faire n'importe quoi sans mettre en danger le contenu de ce livre et le message qu'il veut nous transmettre.

Roger Maurice Bonnet

 Qui aura le droit d'aller sur la Lune ? Tout le monde .

C'est une station spatiale qui existe déjà, naturelle, et qui n'appartient à personne (...) donc on ira sur la Lune un peu comme on va sur l'Antarctique ...

Roger-Maurice Bonnet

Interrogée sur l'intérêt, pour sa part, au retour sur la Lune, l'ancienne spationaute française, Claudie Haigneré, a déclaré : « Ce qui nous motive le plus c'est Mars, parce que Mars, c'est une planète qui ressemble à la Terre, où il y a peut-être eu de la vie . (...) J'aimerais que l'Europe se mobilise pour participer non pas comme un simple invité mais comme un réel participant contributeur ».

 Donc, ... les Européens aussi ?

Le projet est aussi onéreux qu'ambitieux. Claudie Haigneré a rappelé qu' « on ne sait pas aller sur Mars maintenant [et que] nous avons encore beaucoup de problèmes techniques [à résoudre]». Pour autant, « nous ne pouvons pas être absents de cette aventure[de l'exploration spatiale habitée]», a assuré la ministre française de l'Enseignement supérieur et de la recherche ajoutant « mais nous pouvons pas nous y engager seuls ».

Le président exécutif du groupe européen d'aéronautique et de défense EADS, Louis Gallois, a de son côté estimé dans une tribune publiée par le quotidien Le Mondeque « les vols spatiaux habités jouissent d'une priorité mondiale » avec notamment l'émergence de nouveaux acteurs comme la Chine, qui projette des missions habitées vers la Lune en 2030 et Mars en 2050.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.