Accéder au contenu principal
Territoires palestiniens

Mahmoud Abbas fait le pari risqué des élections

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d'une réunion de l'OLP à Ramallah, le 24 octobre 2009.
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d'une réunion de l'OLP à Ramallah, le 24 octobre 2009. REUTERS/Fadi Arouri
Texte par : Karim Lebhour
2 mn

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, maintient la date des élections palestiniennes législatives et présidentielle au 24 janvier prochain. Le président palestinien a justifié sa décision devant le Conseil central de l’OLP ce samedi à Ramallah, malgré l’opposition du Hamas et le risque d’enterrer toute chance de réconciliation entre les deux factions.

Publicité

 

Avec notre correspondant à Ramallah, 

En convoquant des élections au plus tôt, Mahmoud Abbas veut prendre le Hamas au jeu de la légalité. Car Hamas est très réticent à abandonner son pouvoir dans la bande de Gaza. Malgré les innombrables tentatives de réconciliation, les islamistes traînent les pieds. Mahmoud Abbas subit la pression des Etats-Unis qui ne veulent pas d’un retour du Hamas dans un gouvernement palestinien, tant qu’il n’aura pas reconnu Israël.  

Pour le Fatah, convoquer des élections a l’avantage de marginaliser le Hamas dans son refus. Mais la tactique est risquée. Nul ne sait qu’elle sera l’issue de ces élections si elles sont maintenues. Dans les sondages, Hamas et Fatah sont au coude à coude. Mahmoud Abbas ne pourra garantir le scrutin qu’en Cisjordanie. Tout porte à croire que le Hamas organisera son propre scrutin dans la bande de Gaza. Les Palestiniens auront alors deux présidents dans deux territoires distincts et verront s’éloigner encore un peu plus la perspective d’un Etat palestinien indépendant.

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.