Accéder au contenu principal
Grippe

Le virus H1N1 ne devrait pas muter

Reuters
Texte par : RFI Suivre
1 min

Selon une étude américaine publiée dans la revue scientifique PLOS Currents, réalisée par des chercheurs de l'université du Maryland, le virus H1N1 responsable de la pandémie de grippe dans le monde, ne devrait pas se combiner avec d’autres souches et être susceptible de muter ...

Publicité

L’étude a été effectuée sur des furets infectés par trois différents virus grippaux et les chercheurs ont observé que le H1N1 dominait les autres virus. Ce dernier ne s’est pas combiné avec les autres souches virales de la grippe saisonnière 2009. Cela signifie qu’en associant plusieurs souches à ce virus, on n’en obtient pas un nouveau. 

Une découverte rassurante 

Cela est rassurant, expliquent les chercheurs car l'inquiétude était que le virus H1N1 échange du matériel génétique avec d’autres souches à leur contact, créant ainsi un virus re-combiné, une sorte de « super-virus », bien plus dangereux.

Une recombinaison est à craindre lorsqu’un grand nombre d’individus est infecté, ce qui est le cas de la grippe A H1N1. Désormais on peut espérer que si un individu entre en contact avec différents virus grippaux, c'est la grippe A qui se manifestera -plus fort que ceux des grippes saisonnières, mais pas pour autant plus dangereux … Simplement plus contagieux, mais parce qu’il est nouveau : les personnes infectées ne l’ont jamais rencontré, elles n’ont donc pas eu le temps de développer une immunité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.