Accéder au contenu principal
Revue de presse française

A la une : «violente fièvre à Marseille»

Texte par : Céline Missoffe
4 min

Publicité

A la une de la presse française : les violences de dimanche à Marseille entre supporters après le report du match OM-PSG… Ce qui a provoqué « un inacceptable chaos » titre ce lundi Le Parisien.

Le match OM-PSG, le classico du championnat, a été repoussé sine die au dernier moment pour cause de grippe A, trois joueurs parisiens ayant contracté la maladie. Et conséquence, d'après L'Equipe, une « violente fièvre s'est abattue sur Marseille ».

Supporters parisiens donc contre marseillais. Il y a eu des accrochages très violents hier qui ont duré à peu près toute la journée. Pour La République du Centre, « ce n'est donc pas le virus H1N1 qui nous menace le plus mais celui de la bêtise humaine ».

Affaire Francis Evrard : « le procès de la récidive »

Autre grand titre de l'actualité française : l'ouverture ce lundi devant la cour d'assises du Nord du procès de Francis Evrard, « procès de la récidive » pour France-Soir.

La question de la répétition des crimes sexuels sera « au cœur » de l'audience pour Le Parisien.

Francis Evrard a déjà été condamné huit fois. Il a passé plus de 30 ans derrière les barreaux. Et à sa sortie de prison en 2007, il recommence. Il s'en prend à un petit garçon de 5 ans, le petit Enis. C'est pour ce viol qu'il comparaît ce lundi devant la cour d'assises.

Francis Evrard ou « l'impasse du pédophile récidiviste » titre Le Figaro. L'impasse aussi d'un système : celui de la prise en charge médicale des détenus en prison et à leur sortie. Francis Evrard a quand même réussi à obtenir une ordonnance de Viagra, un médicament qui facilite les érections, alors qu'il était encore incarcéré. Un médicament qu'il avait pris lors de l'agression du petit Enis.

« Karadzic se défile »

Procès de Francis Evrard en France. Ouverture aussi à La Haye du procès de Radovan Karadzic devant le Tribunal pénal international sur l'ex-Yougoslavie. Et cette fois, ce sera un procès sans accusé. « Karadzic se défile » écrit Libération. L'ancien chef des Serbes de Bosnie a annoncé la semaine dernière qu'il ne se serait pas présent à son procès. 

Il a été arrêté en juillet 2008. Il est accusé notamment de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité durant la guerre de Bosnie à la fin des années 1990. Mais le bourreau a donc choisi de priver les familles de victimes d'explication et de réponse. Il avait demandé au total dix mois pour préparer sa défense ce que lui a refusé le Tribunal pénal international.

Baisses d’impôts à gogo

Direction l'Allemagne maintenant où le nouveau gouvernement intrigue beaucoup les journaux français. Les conservateurs ont fait alliance avec les libéraux du FDP. Ils ont négocié pendant trois semaines et ils ont finalement réussi à se mettre d'accord sur un « contrat de coalition ». Le document fait 130 pages et c'est un pavé dans la mare de la crise. « L'Allemagne ose en effet la baisse massive d'impôts » détaille La Tribune. Et ce, en pleine récession.

L'objectif est de stimuler l'économie, la consommation. Il s'agit, explique le quotidien économique, d'une sorte de troisième plan de relance en Allemagne avec au total 24 milliards d'euros de baisse d'impôts par an d'ici à 2013.

Le prix du net

On continue à parler de gros sous avec l'UMP qui va bientôt lancer ses deux nouveaux sites internet, deux petits bijoux de technologie qui ont coûté la bagatelle de 500 millions d'euros, révèle Le Parisien. Il y aura un site d'informations et de débats et un réseau communautaire baptisé « les créateurs de possible ». Il est présenté comme le premier réseau social d'actions politiques. Grâce à cet outil, les militants UMP devraient être plus réactifs : lancer une pétition, organiser une réunion, collecter des fonds le tout en deux clics de souris. (Et de fonds, ils en auront bien besoin vu le prix de ces deux sites internet !)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.