Accéder au contenu principal
Sierra Leone

Peines exemplaires

Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL), chargé de juger les auteurs de crimes commis durant la guerre civile, a prononcé, jeudi, ses premières condamnations. Ce sont trois anciens chefs de milices armées qui écopent de peines allant de 45 à 50 ans de prison. Ils ont été reconnus coupables de crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Ils ont commis des assassinats et des atrocités pendant la guerre civile qui a fait 120 000 morts dans ce petit Etat d’Afrique de l’ouest, entre 1991 et 2002. Les trois condamnés ont annoncé, vendredi, leur intention de faire appel du jugement.

Publicité

 

Alex Tamba Brima, âgé de 35 ans et Santigie Borbor Kanu, 42 ans, ont été condamnés à 50 ans de prison chacun, et Brima Brazzy, agê de 39 ans, a été condamné à 45 ans, pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Les trois accusés, qui avaient dirigé le redoutable Conseil des forces armées révolutionnaires, ont été reconnus coupables de crimes contre l’humanité et crimes de guerre, notamment des assassinats, des viols et des mutilations, ainsi que l’enrôlement d’enfants soldats.

Ils avaient commandé des groupes armés qui se sont livrés à des exactions contre les populations de la région diamantifère de Sierre Leone et avaient participé à la prise meurtrière de la capitale, Freetown, en janvier 1999. Il s’agit des premières condamnations du TSSL depuis sa création en 2002.

La lourdeur des peines prononcées par ce tribunal peut être expliquée par le fait que les inculpés n’avaient montré aucun signe de remords pendant les audiences et, de plus, ils avaient plaidé non-coupables. Le parquet avait demandé lundi des peines encore plus sévères : 50 et 60 ans.

Le Procureur adjoint du TSSL, Jeremy Waiser, espère que les autres accusés, qui attendent d’être jugés, fassent preuve de bonne volonté et collaborent davantage avec le tribunal.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.