Accéder au contenu principal
Athlétisme – Mondiaux 2009

Dopage : la chasse est ouverte

Les contrôles antidopage seront drastiques à Berlin.
Les contrôles antidopage seront drastiques à Berlin. AFP
Texte par : David Kalfa Suivre | AFP
3 min

Les championnats du monde d’athlétisme 2009 à Berlin démarrent ce 15 août dans un climat délétère. Plusieurs cas de dopage ont été révélés au Brésil et en Jamaïque ces dernières semaines. Les instances dirigeantes réaffirment pourtant leur volonté de pourchasser et de punir les tricheurs et ont mis en place de nouvelles mesures de dépistage.

Publicité

Les 12es Championnats du monde d’athlétisme s’annoncent aussi spectaculaires que tendus. Avec des athlètes de la trempe d’Usain Bolt ou Kenenisa Bekele, les records devraient tomber et les performances pleuvoir. Le tout dans un climat de suspicion. Ces dernières semaines, plusieurs affaires de dopage ont rappelé combien l’athlétisme était gangrené par ce fléau. En Jamaïque, l’une d’entre elles prend même des proportions grotesques.

Le Brésil et la Jamaïque dans la tourmente

Cinq sprinteurs avaient été contrôlés positifs à la methylhexanamine, un produit stimulant, lors des championnats nationaux, en juin, à Kingston. Le comité disciplinaire de la commission antidopage de leur pays les avaient blanchis en raison d’un pour vice de procédure pour l’un et d’un désaccord sur le statut de la methylhexanamine pour les autres. La Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) s’est depuis saisie du dossier. Mais alors qu’elle devait statuer sur le cas de ces cinq Jamaïcains avant le début des Mondiaux, l’IAAF a repoussé toute décision au mardi 18 août, trois jours après le début de la compétition.

Au Brésil, en revanche, la situation est plus claire. Six de ses athlètes ne seront pas à Berlin. Cinq sprinteurs avaient été testés positifs à l’EPO lors d’un contrôlé inopiné effectué le 15 juin, lors de la préparation des Mondiaux. Le dernier cas concerne la spécialiste du 400 mètres haies, Lucimar Teodoro, suspendue elle aussi deux ans, mais pour prise d’amphétamines.

Nouveaux dispositifs de contrôle

L’athlétisme a été le sport le plus touché par le dopage durant les Jeux olympiques de Pékin (7 cas sur 14). Une mauvaise image contre laquelle l’IAAF lutte désormais avec un nouvel arsenal. En Allemagne, près de 1 000 prélèvements urinaires et sanguins seront réalisés avant et pendant les Championnats. Ces échantillons pourront en outre être ré-analysés a posteriori. Une méthode déjà employée par l’Union cycliste internationale (UCI).

Autre système emprunté à l’UCI : le passeport biologique. Son principe : établir le profil sanguin et hormonal (stéroïdien notamment) de chaque athlète et déceler ainsi d’éventuelles anomalies et/ou irrégularités dans ses taux. Un suivi longitudinal (et onéreux) qui laisse moins de place au hasard. Un hasard dont l’IAAF ne veut plus. La Fédération internationale a ainsi classé 500 athlètes en trois catégories. La première concerne quinze à vingt profils hautement suspects. La deuxième vise une cinquantaine de personnes jugées à risque en fonction de leur pays d’origine et de leur discipline. La troisième regroupe le gros des participants aux Mondiaux. Ceux censés ne pas ternir l'athlétisme à Berlin.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.