Accéder au contenu principal
Angola / France

Angolagate : « stupéfaction » du gouvernement angolais

Pierre Falcone (d), l’homme d’affaires français à son arrivé au tribunal de Paris le 27 octobre 2009.
Pierre Falcone (d), l’homme d’affaires français à son arrivé au tribunal de Paris le 27 octobre 2009. AFP/Martin Bureau
Texte par : RFI Suivre
2 min

Le gouvernement angolais a vivement critiqué, le jugement français dans l'affaire de vente d'armes de l'Angolagate. Les autorités angolaises estiment notamment que le procès a été « injuste et déséquilibré ».Le tribunal de Paris avait condamné, mardi, à six ans de prison ferme, l’homme d’affaires français Pierre Falcone, pour avoir vendu à l'Angola un important lot d'armes, sans autorisation officielle.

Publicité

 

Le gouvernement angolais condamne l'usage « offensante et répétitive de son nom » qui, à ses yeux, « constitue une violation du principe de respect mutuel entre deux Etats souverains, mais également une violation du secret concernant des domaines aussi sensibles que ceux de la Défense et de la Sécurité ». L'Angola qui avait dépêche au début du procès un avocat pour réclamer l'arrêt des poursuites, en invoquant justement une violation du secret défense et de sa souveraineté, a échoué. Sa demande a été rejetée par le tribunal.

Dans son communiqué, le gouvernement angolais se dit « stupéfait  que deux citoyens français (Pierre Falcone et Arcadi Gaydamak) soient condamnés pour avoir aidé notre pays à protéger l'Etat et le processus démocratique, menacés par une subversion armée ». La justice française n'a effectivement pas suivi cette interprétation. Les deux hommes d'affaires ont écopé de six ans de prison pour avoir livré des armes à l'Angola, alors en pleine guerre civile.

Aucun Angolais n'a figuré parmi les prévenus, mais l'accusation a estimé qu'une trentaine de responsables, incluant le chef de l'Etat José Eduardo dos Santos, auraient touché d'importants pots-de-vin dans cette affaire de trafic d'armes, qui a longtemps mis à mal les relations entre Luanda et Paris.

 

Site web de l'agence de presse officielle angolaise (Angop)

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.