Accéder au contenu principal
Royaume-Uni / Somalie

Londres ne cède pas aux pirates

Photo datée du 28 octobre du voilier Lynn Rival appartenant au couple britannique Paul et Rachel Chandler, retenu en otage par des pirates somaliens.
Photo datée du 28 octobre du voilier Lynn Rival appartenant au couple britannique Paul et Rachel Chandler, retenu en otage par des pirates somaliens. Reuters
2 min

Les ravisseurs du couple britannique capturé dans l'océan Indien le 23 octobre ont demandé une rançon de 7 millions de dollars pour le libérer. Londres n'est pas prêt de céder à ce chantage.

Publicité

Le gouvernement ne fera aucune concession aux preneurs d’otage et cela inclut le paiement d’une rançon, déclare le porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères après la demande d’un paiement de 7 millions de dollars faite par les pirates qui ont enlevé, il y a neuf jours, un couple de touriste britannique au large des côtes de la Somalie.

C’est la politique habituelle du gouvernement britannique de ne jamais céder aux preneurs d’otage. Le Premier ministre Gordon Brown a lancé un appel aux pirates pour qu’ils libèrent le couple britannique, mais on ne sait même pas si un contact officiel a été établit avec les ravisseurs.

C’est dans un appel téléphonique à la BBC qu’un des pirates a demandé cette rançon. Il a expliqué que cet argent compenserait les dommages causés aux pêcheurs locaux par les opérations contre la piraterie lancées par l’Otan dans la région.

Des proches du couple enlevé ont rencontré à Londres le Premier ministre somalien Omar Abdirashid Sharmarke. Il les a assurés que les pirates traitaient habituellement bien leurs otages. Selon les experts familiers de ces affaires, les rançons demandées par les pirates somaliens font souvent l’objet de longues négociations. Elles aboutissent en général à des libérations pour des sommes beaucoup moins importantes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.