Accéder au contenu principal
États-Unis / Guantanamo

Six ex-détenus ouïghours sont arrivés aux Palaos

Les 6 anciens détenus ouïghours viennent d’arriver aux Palaos. Rares sont les pays qui acceptent d'accueillir des ex-prisonniers de Guantanamo. (Image d'illustration)
Les 6 anciens détenus ouïghours viennent d’arriver aux Palaos. Rares sont les pays qui acceptent d'accueillir des ex-prisonniers de Guantanamo. (Image d'illustration) AFP

Six Chinois ouïghours détenus à Guantanamo ont été transférés samedi sur l’archipel des Palaos, dans le Pacifique. La République des Palaos fait partie des rares États qui ont accepté de recevoir des ex-prisonniers de Guantanamo pour qui Washington a du mal à trouver un pays d'accueil.

Publicité

Le cas des Ouïghours détenus à Guantanamo est pathétique. Une vingtaine d’entre eux avaient été arrêtés en Afghanistan et au Pakistan après les attentats du 11 septembre 2001. Bien qu’il ait été clairement établi qu’ils n’avaient aucune mauvaise intention contre les États-Unis, ils ont été emprisonnés à Guantanamo pendant sept ans.

Le gouvernement américain, déjà sous George Bush, souhaitait les libérer, mais encore fallait-il leur trouver une terre d’accueil. Or, par peur d’indisposer la Chine qui les considère comme des terroristes, peu de pays se sont portés volontaires. Les Bermudes, et Palaos où six Ouïghours viennent d’arriver, sont des exceptions. Sept sont toujours à Guantanamo.

La plupart auraient souhaité s’installer aux États-Unis, notamment dans la région de Washington qui compte une importante colonie prête à les prendre en charge. Mais le président Obama, sous pression du Congrès, a signé une loi interdisant aux prisonniers de Guantanamo innocentés – environ une centaine sur les 215 restants – de pouvoir vivre en Amérique. Vingt-cinq seulement ont, pour le moment, pu être transférés à l’étranger.

Barack Obama, qui s’est engagé à fermer Guantanamo le 22 janvier prochain, sera probablement contraint à maintenir la prison américaine ouverte s’il ne trouve pas plus de pays prêts à recevoir les détenus jugés non dangereux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.