Accéder au contenu principal
Bénin

Navire de clandestins : le capitaine et ses passagers interrogés

RFI

Le VM Sharon est de retour au Benin. Ce bateau transportant plusiers dizaines de migrants clandestins avait quitté Cotonou, il y a trois semaines environ. Il avait ensuite été arraisonné au Gabon où les autorités ont confié les enfants (une trentaine) à la Croix-Rouge et l'Unicef, avant de renvoyer le bateau et ses passagers adultes hors des eaux territoriales gabonaises il y a une semaine. De nouveau au Bénin, tous ceux qui étaient à bord sont interrogés.

Publicité

Commandant, équipage, passagers, près de 190 personnes répondent aux questions des enquêteurs depuis hier à Cotonou. Elles avaient toutes été débarquées du navire la veille, quand la marine béninoise a intercepté le VM Sharon

Certains passagers ont d'abord été conduits au commissariat central de Cotonou. D'autres à la direction de l'Immigration, où tout le monde est désormais rassemblé, après avoir été examiné par des médecins.

La plupart de ces voyageurs, hommes et femmes sans papiers seraient Béninois, tandis que d'autres seraient Togolais, Ghanéens, Ivoiriens, Sénégalais, et Burkinabès.
Les autorités les interrogent pour tenter de comprendre d'où ils sont partis, et de remonter les filières de ce trafic. Les interrogatoires au Gabon ont révélé que chaque passager avait payé près de 600 euros pour arriver à bon port, à Libreville.

A Cotonou, les enquêteurs tâchent aussi de déterminer précisément la nationalité des uns et des autres. Les ambassades vont être mises à contribution.
D'après le directeur de l'Immigration, les Béninois retourneront ensuite dans leurs familles, les autres seront ramenés dans leur pays d'origine, et le capitaine sera présenté rapidement au procureur.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.