France/ Cancer

Plan de lutte acte II : réduire l'inégalité face à la maladie

RFI

Le président français Nicolas Sarkozy a présenté le 2 novembre 2009 un nouveau plan de lutte contre le cancer. Ce plan vise en priorité à réduire les inégalités face à cette maladie qui devrait faire en 2009 quelque 150 000 morts en France. Ce plan fait suite à celui lancé en 2003 par le président Jacques Chirac et dont seul un tiers des 70 mesures envisagées ont été mises en oeuvre. Le président Sarkozy a annoncé la mise à disposition de 750 millions d'euros sur 4 ans pour aider la recherche.

Publicité

Le risque de mourir d'un cancer entre 30 et 65 ans est deux fois plus élevé chez les ouvriers que chez les professions libérale. Le président Nicolas Sarkozy a annoncé qu'il souhaitait encourager la recherche, en présentant un plan à Marseille (France, sud-est) comprenant la création de cinq sites d'excellence appelés à travailler en réseau, et à coopérer avec l'Europe et le reste du monde.

Cinq sites de recherche pluridisciplinaire vont être labellisés par l'Institut national du cancer (...) Ils seront encouragés à concourir au plan mondial à la réalisation d'essais cliniques précoces de nouveaux médicaments.

Nicolas Sarkozy veut privilégier la recherche

Autre ambition, améliorer le dépistage: il a indiqué l'installation en France de 74 machines supplémentaires d'imagerie par résonance magnétique nucléaire, « dont 39 dans les 10 régions ayant la mortalité pour cancer la plus élevée ». Devant un parterre de médecins, chercheurs et malades, Nicolas Sarkozy a souhaité que 15% du budget de la recherche soit consacré à « l'analyse des risques environnementaux et comportementaux » de cancer, « les effets à long terme des expositions, même à faible dose, à certains agents chimiques, biologiques ou physiques ».

La réduction des inégalités nous la prendrons en compte dans toutes les dimensions du plan : Recherche, observation, prévention, dépistage, soin, accompagnement.

Un plan ambitieux

Il a aussi fixé comme objectif de mieux accompagner les patients guéris, en favorisant l'accès à l'emprunt et à l'assurance pour les personnes « sorties de la maladie ». Alors qu'une récente hausse de 6% du prix du tabac a suscité des polémiques jusqu'au sein du gouvernement, il a souligné «assumer» cette mesure, annonçant également un meilleur remboursement par la sécurité sociale des substituts nicotiniques.

Le but est de construire dès aujourd'hui l'excellence des soins pour demain; réduire les inégalités face à la maladie; aider à vivre après le cancer.

Améliorer la vie des patients et ne pas les stigmatiser

Enfin, il a proposé de réfléchir à la création d'« une journée nationale de l'activité physique », soulignant que le sport était « un élément capital » pour prévenir le cancer en luttant notamment contre le surpoids et l'obésité.

Pour en savoir plus :

Se reporter au site du ministère français de la Santé et à celui de l'Institut national du cancer.

 

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail