Accéder au contenu principal
Turquie

Abdullah Öcalan va être transféré dans une nouvelle prison

Un Kurde brandit une banderole à l’effigie d’Abdullah Öcalan, fondateur du parti PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, le 19 octobre 2009.
Un Kurde brandit une banderole à l’effigie d’Abdullah Öcalan, fondateur du parti PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, le 19 octobre 2009. Mustafa Ozer / AFP
2 min

Le dirigeant rebelle kurde ne sera plus tenu à l'isolement dans lequel il est maintenu depuis dix ans, après avoir alors été condamné à mort. L'insurrection du PKK a fait plus de 40 000 morts depuis 1984, et le gouvernement annonce pour la semaine prochaine la présentation à l’Assemblée de son plan pour une solution démocratique au problème kurde.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

L’annonce de ce transfert ne pouvait mieux tomber, alors que le plan d’ouverture sur la question kurde arrive dans sa dernière ligne droite, après des mois d’annonce et un premier geste la semaine dernière qui a failli tout faire tomber à l’eau. Le retour d’une trentaine de militants du PKK à la frontière irakienne s’est en effet transformé en une tournée triomphale, incitant le gouvernement à suspendre le retour des rebelles prêts à rentrer dans le rang. C’est en tous cas mardi prochain, a annoncé hier le porte-parole du gouvernement, que le Parlement entamera les débats sur le règlement de la question kurde, censé mettre fin à un quart de siècle de conflit.

Parmi les mesures attendues : un volet politique, avec de probables amnisties pour ces combattants qui sont prêts à se repentir. Contrairement à ce qu’espère la formation pro-kurde légale du DTP, le chef historique du PKK ne devrait pas en bénéficier, mais il va voir tout prochainement ses conditions de détention passablement assouplies, puisqu’une dizaine de ses compagnons de lutte devraient le rejoindre sur son île-prison d’Imrali, au large d’Istanbul.

Cette exigence européenne arrive donc au meilleur moment, histoire de détendre l’atmosphère, qui n’a jamais été aussi propice à clore ce sanglant chapitre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.