Basket-ball (Euro 2009 - Repêchages Finale Retour)

La France bondit sur l'Euro

Tony Parker élimine Sam Van Rossom grâce à un écran de Ronny Turiaf, les Bleus seront à l'Euro.
Tony Parker élimine Sam Van Rossom grâce à un écran de Ronny Turiaf, les Bleus seront à l'Euro. AFP / Jean-Pierre Muller

Sommés de battre la Belgique par 5 points d’écart pour aller à l’Euro en Pologne, les Français ont rempli leur contrat. Après une entame en demi-teinte, ils ont creusé un écart décisif dans le 2e quart-temps et se sont imposés sans trembler sur un score sans appel (92-54).

Publicité

Les Français voulaient s’inspirer de leur début de match face aux Italiens dans cette même arène de Pau où ils avaient pris les Transalpins à la gorge dès l’entame pour ne plus relâcher l’étreinte et l’emporter dans les grandes largeurs 81-61 en phase de poule. Vexés par leur défaite à Anvers de jeudi (70-66), ils n’ont pourtant pas attaqué la rencontre tout à fait comme ils l’espéraient. Le Congolais d’origine Didier Mbenga, homme fort des Belges sous les paniers, écopait de sa 2e faute perso dès la 2e mn. de jeu mais les Bleus avaient du mal à emballer la partie. A 21-15 à l’issue du 1er quart-temps, ils avaient cependant respecté leur ordre de marche, sachant qu’il leur fallait une victoire par au moins cinq points d’écart pour aller à l’Euro en Pologne, faute de quoi le basket français n’aurait plus valu un kopek.

Turiaf, le détonateur

 Contrairement au match perdu à Anvers, l’équipe ne s’en remettait pas au seul Tony Parker pour faire la différence; un état d’esprit qui, au fil du jeu, s’avérait payant. En resserrant leur défense et en exploitant leur supériorité athlétique, les Bleus mettaient la pression sur les Belges dans le 2e quart-temps où une interception de Nando De Colo marquait le début de l’échappée à 29-20 en faveur de la France. La rébellion attendue dans le 1er quart-temps intervenait donc dans le second. Dès lors, les chevaux étaient lâchés. De + 9 à ce moment-là, l’écart allait monter à + 20 en l’espace de 4 mn et finalement Parker et sa bande atteignaient la pause à 48-25 (+ 23). De l’effort collectif, un nom surgissait, celui de Ronny Turiaf, énorme avec 6/7 aux tirs pour 15 pts et 7 rebonds en 12 mn dans la seule 1ère mi-temps !

Même quand on connaît les travers français quand les matchs deviennent faciles, ce matelas de 18 pts à la pause pour assurer la qualification paraissait largement suffisant. Malgré l’ambiance de fête, la tendance restait au sérieux et tout le monde venait apporter sa pierre à l’édifice face à une équipe de Belgique complètement à la dérive. Euphoriques, les hommes de Vincent Collet en donnaient pour son argent au chaud public palois et Boris Diaw pouvait fêter sa 100e sélection avec un match digne de son talent: 13 pts, 6 rebonds et 3 passes à son actif en 26 mn. Au final, une victoire 92-54 qui évite donc aux Bleus de manquer le championnat d'Europe pour la première fois depuis 1975.

Au minimum, la 6e place

Dans le groupe B de l'Euro, Parker et ses coéquipiers auront pour adversaires la Russie, championne d’Europe en titre, l’Allemagne qui sera privée de sa star Dirk Nowitzki et la Lettonie qui n’est pas la plus forte des équipes baltes. Bref un groupe largement à leur portée. Pour commencer, ce sera donc l’Allemagne, le 7 septembre à Gdansk. On espère évidemment que cette équipe de France encore en chantier saura y faire preuve de solidarité. A partir de là, tous les espoirs seront permis, l’objectif le plus bas étant la 6e place en Pologne, synonyme de qualification directe pour le Mondial 2010 en Turquie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail