Accéder au contenu principal
Basket-ball (Euro 2009 - 1er Tour)

La France démarre au diesel

Nicolas Batum (12 pts, 8 rbds) a été l'une des rares satisfactions françaises.
Nicolas Batum (12 pts, 8 rbds) a été l'une des rares satisfactions françaises. AFP / Adam Warsawa
Texte par : Christophe Carmarans
3 mn

La France a battu l’Allemagne 70-65 pour son entrée dans l’Euro au terme d’un match poussif. Menés au score durant les trois-quarts de la rencontre, les Bleus s’en sortis grâce à une fin de match exceptionnelle de Tony Parker. Prochain adversaire: la Lettonie, battue par la Russie 81-68. La Serbie a surpris l'Espagne 66-57.

Publicité

L’Allemagne sans Dirk Nowitzki, c’était a priori l’adversaire idéal pour débuter l’Euro en douceur avant d’affronter les Lettons et les Russes. On pensait que l’équipe de France avait le vent en poupe après avoir remporté le tournoi de repêchage aux dépens des Finlandais, des Italiens et des Belges mais ce sont des débuts bien poussifs dans la compétition qu’on effectué les Bleus à Gdansk. Ils ont dû leur salut à une fin de match époustouflante d’un Tony Parker qui avait lui-même manqué de tonus et de réussite avant d’en arriver là (2 sur 12 aux tirs).

 
Entame laborieuse
Les Bleus ne sont jamais vraiment rentrés dans la partie en première mi-temps, deux quart-temps fastidieux durant lesquels ils ont pratiquement toujours été derrière les Allemands au score. Manquant de rythme en attaque, les hommes de Vincent Collet ne parvenaient pas non plus à empêcher leurs adversaires de poser leur basket. Hormis Ronny Turiaf, toujours aussi déterminé (15 pts et 14 rebonds sur l’ensemble du match), c’était du bleu pâle d’un bout à l’autre du parquet. Au lieu de la France de Pau, qui avait dynamité les Italiens et les Belges, on retrouvait celle d’Anvers et d’Helsinki, une équipe banale. A la mi-temps, l’Allemagne menait tranquillement de quatre points (37-33).
Au retour des vestiaires, les Français resserraient un peu leur défense mais leur basket demeurait laborieux face à une équipe d’Allemagne sérieuse mais sans éclat particulier. Une contre-attaque conclue par Tony Parker leur permettait enfin de prendre le commandement à 46-45, la première fois qu’ils menaient au score depuis les minutes initiales. Après avoir réduit l’attaque allemande à 11 points dans le 3e quart-temps, les Français abordaient la dernière période avec une avance de deux points (50-48) mais c’était pour la reperdre aussitôt, en laissant le vétéran Sven Schultze se régaler aux tirs primés.

Quel final de Parker
 Du coup, les Allemands restaient non seulement dans la partie mais ils reprenaient le dessus, profitant de l’apathie d’une équipe de France manquant singulièrement d’agressivité. A moins de 3 mn du terme, Steffen Hamann et ses coéquipiers menaient toujours (61-59) et la fin de match s’annonçait de plus en plus compliquée pour les Bleus. C’est alors que le génie Tony Parker sortait de sa boîte. Shoot à 3 points, lay-up acrobatique, lancer-francs, tir en extension, le meneur de jeu des San Antonio Spurs inscrivait les onze derniers points français en l’espace de 2’38’’. Son final à couper le souffle laissait les Allemands sur place (70-65).
En battant l’Allemagne, la France a assuré l’essentiel mais il est évident qu’il lui faudra bien mieux jouer pour aller au bout de ses rêves. Dans l’autre rencontre du groupe, la Russie a battu la Lettonie 81-68 grâce à 24 pts de Kelly McCarthy et 22 pts de Sergei Bykov. Dans le groupe A, où se trouvent les adversaires potentiels des Bleus au 2e tour, la Grèce n’a fait qu’une bouchée de la Macédoine 86-54 et la Croatie a pris le meilleur sur Israël 86-79. A noter aussi que l'Espagne, favorite du tournoi, a chuté d'entrée contre la Serbie 66-57.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.