Accéder au contenu principal
Japon

Bases américaines : Okada annule sa visite à Washington

Kadena Air Base, une base de l'United States Air Force située sur l'île d'Okinawa au Japon.
Kadena Air Base, une base de l'United States Air Force située sur l'île d'Okinawa au Japon. AFP/Yoshikazu Tsuno
Texte par : RFI Suivre
1 min

Le ministre japonais des Affaires étrangères, Katsuya Okada, renonce finalement à se rendre à Washington pour discuter des bases américaines avant la venue de Barack Obama à Tokyo les 12 et 13 novembre prochain. L'annulation du voyage à Washington du chef de la diplomatie japonaise illustre, aux yeux des médias japonais, les difficultés que rencontre le nouveau gouvernement japonais dans sa volonté de rééquilibrer ses relations avec l'allié américain.

Publicité

Avec notre correspondant à Tokyo, Fréderic Charles

Ira, n’ira pas à Washington ? Katsuya Okada renonce. Et l’opposition, devant le Parlement japonais, accuse le gouvernement de centre-gauche de Yukio Hatoyama de vouloir mettre en danger l’alliance avec les Etats-Unis.

Le chef de la diplomatie japonaise voudrait convaincre Washington de regrouper sur la gigantesque base aérienne de Kadena-Okinawa la base d’hélicoptères de Futenma, qui doit déménager plus au nord, vers une baie protégée. Selon un sondage publié par le journal d’Okinawa, 70% des personnes interrogées souhaitent que la base d’hélicoptères soit évacuée de l’île ou du Japon.

Les Etats-Unis, qui ont négocié pendant une dizaine d’années avec les précédents gouvernements conservateurs le réaménagement de leurs bases au Japon, refusent de renégocier un accord conclu à leur sujet en 2006. Les Etats-Unis exigent que cette question soit réglée avant l’arrivée du président Barack Obama au Japon.

Le gouvernement de Yukio Hatoyama fait du rééquilibrage des relations avec les Etats-Unis une priorité. Il veut placer les deux pays sur un pied d’égalité. Certains membres de sa coalition au pouvoir demandent la révision du statut des 50 000 soldats américains stationnés au Japon et leur retrait.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.