Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Irak : vers le retrait

Un véhicule blindé américain en Irak.
Un véhicule blindé américain en Irak. Reuters
Texte par : Michèle Gayral
2 min

Les attentats très meurtriers ont repris à Bagdad depuis l'été, et les élections générales prévues le 16 janvier sont compromises par une querelle persistante avec les Kurdes sur le statut de Kirkouk.

Publicité

 

Un désengagement dans les seize mois, mais progressif et responsable : tel était le mot d'ordre du candidat Obama concernant l'Irak, et plus précisément cette guerre où les Etats-Unis s'étaient fourvoyés au lieu de concentrer leurs efforts sur l'Afghanistan.

Le plan de retrait a donc été défini dès le mois de février, et pour l'instant appliqué à la lettre : l'armée américaine a évacué les grandes villes le 30 juin dernier, et commencé à réduire substantiellement ses effectifs (actuellement de 120 000 hommes contre 143 000 en janvier), de façon à ce que, le 31 août 2010, toutes les troupes combattantes aient quitté l'Irak. A cette date, ne devraient plus rester sur place que 50 000 militaires des personnels non-combattants, eux-mêmes appelés à se retirer d'ici la fin 2011. Les forces de sécurité irakiennes seront alors censées être devenues totalement opérationnelles. 

Si le calendrier est pour l'instant respecté, les responsables américains nourrissent quelques inquiétudes quant aux avancées irakiennes, vers plus de sécurité et de stabilité politique, qui devaient accompagner ce retrait. Les attentats très meurtriers ont repris à Bagdad depuis l'été, et les élections générales prévues le 16 janvier sont compromises par une querelle persistante avec les Kurdes sur le statut de Kirkouk. Un climat d'incertitude qui ne peut que nourrir le regain de violence. Mais à en croire le secrétaire à la Défense Robert Gates, le retrait américain pourrait être « plus rapide » que prévu...

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.