Accéder au contenu principal
RD Congo

Turbulences au sein du principal parti de l’opposition

Jean-Pierre Bemba, ex- Presidente da República Democrática do Congo
Jean-Pierre Bemba, ex- Presidente da República Democrática do Congo AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le secrétaire général du Mouvement de libération du Congo (MLC), François Mwemba, accusé de traîtrise, a reçu de nombreuses menaces. L’absence du président du parti, Jean-Pierre Bemba – qui va être jugé par la CPI pour crimes contre l’humanité – suscite beaucoup d’agitation au sein du MLC, à quelques jours de l’élection du gouverneur de l’Equateur. 

Publicité

Le navire MLC est dans la tourmente. Le principal parti de l'opposition congolaise a bien du mal à naviguer en l'absence de son chef, Jean-Pierre Bemba, qui attend son procès devant la Cour pénale internationale (CPI). Les luttes internes et les clivages régionaux sont de plus en plus visibles. Dernier soubresaut en date : un texte, signé par un obscur colonel de la province de l'Equateur, qui menace le secrétaire général du MLC et demande la démission de François Mwemba accusé de « traîtrise ». C'est dans ce climat que va se tenir l'élection du gouverneur de l'Equateur, fief de l'opposition. La mise sur « la touche » de Jean-Pierre Bemba attise les convoitises et aiguise les ambitions.

 
La nature ayant horreur du vide, le MLC pourra-t-il survivre à « l'éclipse forcée » de son chef. Le parti est entré dans des turbulences qui pourraient le mener à l'éclatement. La mobilisation des élus kasaïens en faveur du secrétaire général, cible d'attaques et de menaces de ressortissants de l'Equateur, bastion de Jean-Pierre Bemba, a été perçue comme une première fracture. François Mwemba, qui tient le parti depuis 18 mois, est-il prêt à faire le deuil de ses propres ambitions en attendant que Jean-Pierre Bemba réapparaisse sur la scène politique congolaise ? Qui peut prédire aujourd'hui la date de ce retour ? La CPI s'apprête à juger le leader du MLC  pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Dans cette conjoncture tous les appétits s'aiguisent, à l'intérieur mais aussi à l'extérieur du parti. Certains notables de l'Equateur, qui siègent aujourd'hui au Parlement ou au gouvernement de Kinshasa, voient une occasion rêvée de déconnecter l'Equateur de Jean-Pierre Bemba. En témoignent les manœuvres menées pour prendre le poste de gouverneur. Pour cette élection prévue dans une dizaine de jours, le MLC part en ordre dispersé. Les quatre candidats sérieux sont tous issus du parti mais un seul a reçu l'agrément de Bemba et du bureau politique, mais rien ne garantit qu'il va l'emporter. Le jeu est très ouvert et la bataille s'annonce rude.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.