Accéder au contenu principal
Géologie/ Catastrophes naturelles

L'Ifremer explore les moyens d'évaluer et prévenir les risques naturels

Bob en test au bassin d'essais du Centre Ifremer de Brest (France, Bretagne).
Bob en test au bassin d'essais du Centre Ifremer de Brest (France, Bretagne). Ifremer/ Olivier Dugornay
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'Institut français pour l'exploitation de la mer doit mettre en place plusieurs observatoires sous marins. Bob, un module ultrapuissant va être chargé de surveiller de manière permanente des bulles de gaz émanant du fond de la mer de Marmara, le long d'une faille en Turquie, pour déterminer si celles-ci peuvent servir à prédire les tremblements de terre. 

Publicité

Le module BOB (Bubbles OBservatory module), embarqué à bord du navire le Suroît pour la campagne océanographique Marmesonet (*) en mer de Marmara, sera immergé à 20 kilomètres du rivage à la hauteur du « segment de faille le plus dangereux aujourd'hui, le seul qui n'ait pas cassé depuis 1766 », rappelle l'Ifremer.

Bob va étudier les gaz, principalement du méthane, piégés dans les sédiments des fonds marins, qui seront expulsés lors du prochain séisme lorsqu'il frappera la région. Mais, précise l'Ifremer « toute la question est de savoir s'il y aura une amorce de dégazage juste avant la rupture », auquel cas cela permettrait d'anticiper le tremblement de terre qui menace Istanbul, une mégalopole de 12 millions d'habitants .

Quand nous aurons bien compris comment fonctionne une faille, alors peut-être serons-nous en mesure de prédire un séisme.

Pierre Cochonnat, directeur adjoint des campagne de l'Ifremer

* La campagne Marmesonet, qui fait suite à six missions franco-turques depuis les séismes d'Izmit et de Düzce en 1999, s'inscrit dans le cadre du réseau
Esonet pour observer les fonds marins sur douze sites en Europe.

A cause du risque sismique mais aussi des problèmes de pollution dans la mer de Marmara où stationnent des nombreux navires avant d'emprunter le Bosphore de la Méditerrannée vers la mer Noire, « l'implantation d'observatoires multi-paramètres câblés sera une réalité dans les années à venir », prédit l'Ifremer.

Les observatoires de fond de mer équipés de différents instruments de mesure permettent d'évaluer ou de prévenir les risques naturels, dont les séismes, les tsunamis et l'instabilité des pentes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.