Accéder au contenu principal
France / Société

La pauvreté se féminise

Mélanie, trois enfants, parle de son espoir de s’en sortir grâce à une formation de maçon.
Mélanie, trois enfants, parle de son espoir de s’en sortir grâce à une formation de maçon. AFP/Jeff Pachoud
Texte par : RFI Suivre
1 mn

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à devoir recourir à l'aide de l'association caritative du Secours Catholique qui vient de publier son enquête annuelle. Elle démontre que la crise a vraiment des « conséquences immédiates » sur la pauvreté : alors que depuis deux ans, leur nombre était en baisse, en 2008 l’association a accueilli 2,3% de personnes en plus et parmi elles beaucoup de femmes.

Publicité

Lentement mais constamment, la pauvreté se féminise martèlent les responsables de l'association. Elles ont des emplois plus précaires que les hommes, plus souvent à temps partiels et évidemment, plus souvent que les hommes, elles ont des enfants à charge.

En 2008, une famille accueillie sur trois est en fait constituée d'une mère seule. L’association conseille donc la mise en place de meilleures formations professionnelles pour ces femmes et puis, la condition indispensable de leur accès au travail : des modes de garde d'enfants mieux adaptés.

Parmi les autres personnes fragilisées par la crise il y a aussi les salariés précaires qui sont plus nombreux à venir demander des repas. Auprès d’eux, de nouveaux publics comme les moins de 20 ans. Depuis l'année dernière, les distributions alimentaires ont augmenté de 15%.

Ce qui alarme également l'association, c'est toute cette population, déjà fragilisée qui est aujourd'hui encore plus isolée et surout plus éloignée des circuits de l’emploi. Il y a 10 ans, plus de 20% de ceux qui étaient accueillis touchaient des indemnités de chômage. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 14%.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.