Accéder au contenu principal
Ex-Yougoslavie / TPIY

Le procès Karadzic reprendra en mars 2010

Radovan Karadzic dans la salle de tribunal de la Cour pénale internationale à la Haye, le 3 novembre 2009.
Radovan Karadzic dans la salle de tribunal de la Cour pénale internationale à la Haye, le 3 novembre 2009. Reuters / Michael Kooren

Radovan Karadzic a obtenu les quelques semaines supplémentaires qu'il demandait pour préparer sa défense. En revanche, le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie exige qu'il soit représenté. L'avocat désigné n'interviendra cependant que si Radovan Karadzic persiste à boycotter l'audience.

Publicité

 

Avec notre envoyé spécial à La Haye, Pierre Benazet

Dans le bras de fer qui oppose le TPIY à Radovan Karadzic, les juges ont choisi la fermeté en lui imposant un avocat pour « servir au mieux les intérêts de la justice ». Sa décision de ne pas paraître à l’ouverture de son procès, il y a dix jours, constitue, selon l’ordonnance des juges, une entrave conséquente à la bonne conduite de son procès.

Afin de laisser à l’avocat commis d’office le temps de se préparer, les audiences ne reprendront que le 1er mars. Cela satisfait en partie la demande de Radovan Karadzic de disposer de plusieurs mois supplémentaires pour se préparer ; son droit à se défendre lui-même ne lui a d’ailleurs pas été retiré. Mais s’il s’obstine à nouveau à ne pas vouloir quitter sa cellule, son avocat commis d’office pourra donc immédiatement se charger de la défense et le procès ne sera plus interrompu.

Radovan Karadzic, qui dispose désormais d’une semaine pour faire appel de cette décision, affirme depuis des mois qu’il refusera tout avocat à lui imposé. Reste donc à attendre le 1er mars pour voir si la fermeté des juges aura réussi à le ramener dans de meilleures dispositions.  

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.