Accéder au contenu principal
Honduras

Les négociations au point mort

Le président déchu de l'Honduras Manuel Zelaya à l'ambassade de Brésil à Tegucigalpa, le 6 novembre 2009.
Le président déchu de l'Honduras Manuel Zelaya à l'ambassade de Brésil à Tegucigalpa, le 6 novembre 2009. REUTERS/Edgard Garrido
Texte par : RFI Suivre
2 min

L'accord signé entre les frères ennemis du Honduras le 30 octobre prévoyait un gouvernement d'Union nationale et la restauration de Manuel Zelaya par le Congrès. Une semaine plus tard, le président déchu donne l'accord pour mort. Récit d'une «semaine des dupes».

Publicité

Manuel Zelaya croyait bien la semaine dernière sceller la fin de ses quatre mois d'épreuves avec cet accord, parrainé par les Etats-Unis. Il passe aujourd'hui pour le dindon de la farce. Roberto Micheletti, s'en tenant à la lettre du texte qui formulait une date précise pour la formation du nouveau gouvernement, mais pas pour le vote du congrès restaurant Zelaya, a bien ce jeudi dissous le cabinet issu du coup d'Etat pour le remplacer par un autre qualifié d'Union nationale, car il serait représentatif des divers partis honduriens, bien que les zélayistes en soient absents.

Quant au retour de Manuel Zelaya, le congrès n'est pas pressé de s'en saisir, et il ne se sent de toute façon pas tenu de voter en sa faveur. «Ils se moquent de tout le monde», s'est indigné le président renversé en appelant au boycottage des élections du 29 novembre. «Du peuple qui m'a élu, et de la communauté internationale qui me soutient». Mais c'est peut-être bien là que le bât blesse. Finalement, les Etats-Unis s'accommodent de la mise en oeuvre de l'accord façon Micheletti et semblent prêts à reconnaître le scrutin de fin novembre. A Washington, un sénateur républicain qui exigeait un tel glissement de politique, a fait du chantage à la nomination du nouveau vice-secrétaire d'Etat à l'Amérique latine Arturo Valenzuela. Il vient de lever son veto et la nomination est acquise.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.