Accéder au contenu principal
Madagascar

Compromis sur le partage du pouvoir

Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 min

Les dirigeants des quatre principales mouvances politiques malgaches ont finalement signé ce samedi matin un accord sur un partage du pouvoir pendant la transition qui doit conduire à des élections fin 2010. Au lieu d’un poste de vice-président il y aura deux postes de co-présidents qui reviennent à des proches de Marc Ravalomanana et d'Albert Zafy. La mouvance de Didier Ratsiraka conserve le poste de Premier ministre. Andry Rajoelina est confirmé comme président de la transition.

Publicité

Dans la nuit de vendredi à samedi un accord avait été trouvé avec la disparition du poste de vice-président au profit de deux co-présidents, mais il a fallu attendre le lever du jour avant que le document officiel ne soit signé. C’est la répartition des sièges au sein du gouvernement qui bloquait la signature. D’ailleurs tous les postes ministériels n’ont pas été attribués et de nouvelles négociations devraient donc avoir lieu très bientôt.

Madagascar aura besoin de beaucoup de bonne volonté pour faire fonctionner cet assemblage hétéroclite.

Reportage à Antananarivo

Au centre des débats, le portefeuille de la Justice que Marc Ravalomanana souhaite absolument dans son giron, tout comme Andry Rajoelina, alors que personne ne semble vouloir les Affaires étrangères. Autre point chaud : la Défense, la Gendarmerie et la Sécurité intérieure sont âprement disputées. L’acte additionnel d’Addis-Abeba ne complète donc pas encore totalement les institutions de la transition mais pour la médiation internationale il était essentiel d’arracher un accord.

A voir désormais comment vont fonctionner concrètement le président et ses deux co-présidents, mais aussi toutes les autres institutions. Des mouvances qui ont été œil pour œil, dent pour dent depuis plusieurs mois, voir plusieurs années, vont-elles pouvoir cohabiter dans l’intérêt supérieur de la nation si souvent évoqué ? De nombreuses incertitudes subsistent, mais l’épilogue de ces cinq jours au siège de l’Union africaine est malgré tout inespéré.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.