Accéder au contenu principal
Justice internationale

Charles Taylor se dit victime de mensonges

Charles Taylor devant la Cour pénale internationale de La Haye, le 13 juillet 2009.
Charles Taylor devant la Cour pénale internationale de La Haye, le 13 juillet 2009. Reuters
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Après près de deux années d’audiences, l’équipe du procureur de la Cour spéciale pour la Sierra Leone (CSSL) s’apprête maintenant à interroger l’accusé Charles Taylor. Les avocats de l'ancien président pensent en effet en avoir terminé avec son interrogatoire direct. Charles Taylor, 61 ans, s’exprime lui-même, face aux juges, depuis la mi-juillet, comme premier témoin de la défense. Il est poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Des accusations qu’il n’a cessé de nier, en trois mois d’audiences.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à La Haye, Sarah Tisseyre

« Je me répète, et je ne voudrais pas passer pour un disque rayé, mais c’est un mensonge ! ». Voilà ce que disait Charles Taylor, un jour de septembre.

De fait, en dehors du récit détaillé de son évasion d’une prison américaine avec l’aide de la CIA en 1985, l’ancien président libérien n’a pas fait de révélations fracassantes. Il s’est surtout efforcé de nier point par point ce qu’avaient avancé les témoins de l’accusation.

« Non, dit-il en substance, je n’ai pas aidé le RUF ( Le Front révolutionnaire uni) à envahir la Sierra Leone depuis le Liberia en 1991, pas plus que je n’ai aidé à planifier l’attaque rebelle sur Freetown en 1999 ». Charles Taylor dément avoir fourni des armes à la rébellion et reçu des diamants en échange.

« Non », dit-il encore, il n’a pas eu de contrôle sur les leaders du RUF, pas même Sam Bokari. Et l’ex-président libérien dément aussi avoir fait exécuter ce chef rebelle parce qu’il en savait trop. « Je l’aimais comme un fils », précise Taylor.

L’ancien numéro un du Liberia se présente comme un homme de paix. Il assure qu’il a bâti des liens de confiance avec le RUF pour mieux jouer les médiateurs, qu’il l’a fait avec le soutien des pays voisins, qu’il a poussé les rebelles à signer un accord de paix en 1999.

Dès le début de son témoignage, il avait affirmé : « C’est très malheureux que la désinformation et les mensonges de l’accusation m’associent à l’image d’un meurtrier et d’un voleur ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.