Japon / Crise

Des dirigeants de Japan Airlines se privent de salaire

Une employée de la Japan Airlines à l'aéroport de Tokyo, le 29 octobre 2009.
Une employée de la Japan Airlines à l'aéroport de Tokyo, le 29 octobre 2009. Reuters/Toru Hanai

Pour cause de crise, soixante et onze des plus hauts dirigeants de la compagnie aérienne japonaise renoncent à leur rémunération en décembre. C’est l’annonce faite ce lundi par un porte-parole. Ils participeront ainsi aux efforts de restructuration du groupe qui traverse de graves difficultés financières.

Publicité

Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Japan Airlines lutte pour sa survie. Par voie de conséquence, son PDG Haruka Nishimatsu et soixante-dix de ses directeurs renoncent en décembre à leur salaire. Et ils supprimeront sans doute la prime d’hiver de dix-sept mille de leurs employés parmi les mieux payés.

Haruka Nishimatsu montre l’exemple depuis qu’il a pris la tête de Japan Airlines en 2006. Il vient travailler en bus, mange à la cantine de l’entreprise et il a réduit son salaire à 75 000 euros par an, soit bien moins que ceux de ses pilotes. Au moins deux cents autres patrons japonais ont spontanément amputé leur salaire de 50% avant d’appeler leurs employés à des sacrifices.

Ce comportement de moine-soldat des patrons japonais, prêts à travailler gratuitement pour combattre la crise, se retrouve aussi chez Elpida Memory, le fabricant de semi-conducteurs. Son PDG, Yukio Sakamoto, a renoncé à toute rémunération pendant deux mois et ne touche que la moitié de son salaire jusqu’à ce que son entreprise redevienne profitable.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail