Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Obama appelle le Sénat à voter la réforme de santé

Le président américain Barack Obama lors d'un discours sur la réforme de la santé, dans les jardins de la Maison Blanche, le 8 novembre.
Le président américain Barack Obama lors d'un discours sur la réforme de la santé, dans les jardins de la Maison Blanche, le 8 novembre. Reuters

Le président américain appelle les sénateurs à voter son plan de réforme du système de santé. Ce plan, adopté samedi soir par la Chambre des représentants, coûtera quelque mille milliards de dollars. Dimanche après-midi, Barack Obama a reçu, dans les jardins de la Maison Blanche, les membres de la Chambre des représentants qu'il a remerciés pour leur vote « courageux ».

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

C’est par une température printanière que le président Obama est venu féliciter dans les jardins de la Maison Blanche les membres de la Chambre pour ce qu’il a qualifié de « vote courageux ». Mais a-t-il ajouté : « Il appartient maintenant au Sénat de porter cet effort jusqu’à la ligne d’arrivée au nom du peuple américain ».

Avant que la réforme du système de santé puisse entrer en vigueur, il faut en effet, que le Sénat approuve sa propre loi et que celle-ci soit harmonisée avec celle de la Chambre avant d’être envoyée à la signature du président.

A en juger par les déclarations faites dans les talk show politiques du dimanche, cette seconde étape ne sera pas facile. Si le sénateur démocrate de Rhode Island, Jack Reed prédit sur CBS l'adoption d’une loi incluant même la très controversée option publique,  - une assurance maladie financée par le gouvernement -, il reconnait que cela prendra du temps.

Son collègue républicain de Caroline du Sud, Lindsay Graham, considéré comme relativement modéré estime, quant à lui, que la loi de la Chambre est morte. Elle a été écrite par des progressistes pour des progressistes. « Les républicains n’accepteront jamais l’option publique », a-t-il ajouté, car aucune compagnie d’assurance privée ne pourra rivaliser avec une couverture médicale gérée par l’Etat.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.