Accéder au contenu principal
Israël/Etats-Unis

Obama-Netanyahu: la presse israélienne inquiète

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, le 9 novembre 2009.
Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, le 9 novembre 2009. Reuters/Jason Reed
Texte par : RFI Suivre
1 mn

L’entretien du 9 novembre à la Maison Blanche entre le président américain et le Premier ministre israélien, s'est déroulé à huis clos, contrairement aux usages diplomatiques.Ce rendez-vous met en exergue les dissensions entre les deux pays concernant le processus de paix au Proche-Orient, selon la presse israélienne.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

« Une demi-rencontre, les Israéliens dans l’embarras ». Certains commentateurs n’hésitent pas à parler même d’« humiliation ». La rencontre entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Barack Obama a bel et bien eu lieu finalement à la Maison Blanche. Mais jusqu’au dernier moment, elle a été entourée d’incertitude. Et en fin de compte, elle s’est déroulée sans la présence de la presse et en plein milieu de la nuit, heure israélienne.

« Une rencontre qui a un prix », selon le quotidien Yediot Aharonot. Benjamin Netanyahu a dû s’engager à un certain nombre de concessions, notamment en ce qui concerne l’établissement d’un Etat palestinien et aussi faire un geste en faveur du président palestinien Mahmoud Abbas : la libération prochaine de détenus du Fatah.

Benjamin Netanyahu s’est également engagé à ralentir la construction dans les colonies de peuplement. « Nos intentions sont réelles », proclame le Premier ministre israélien. Il s’interroge : « Où sont les Palestiniens ? ».

En tout cas, la visite de Netanyahu à Washington a révélé au grand jour la tension qui existe avec l’administration américaine. Et maintenant, le Premier ministre va devoir donner des explications aux Israéliens.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.