Iran/Liberté de la presse

RFI appelle à la libération de sa correspondante

La direction de Radio France internationale demande la libération immédiate de Fariba Pajooh, collaboratrice de sa rédaction persane. Journaliste et blogueuse bien connue des Iraniens, elle entame son troisième mois d’incarcération.

Publicité

Le 22 août dernier, Fariba Pajooh a été arrêtée à son domicile de Téhéran. Son ordinateur et ses affaires personnelles ont été confisqués. Depuis cette sombre journée, la journaliste est incarcérée à la prison d’Evin à Téhéran.

Ses proches sont particulièrement inquiets. « A ce jour, son avocat n’a pu ni la rencontrer, ni consulter son dossier malgré l’autorisation du procureur, indique la direction de RFI. Sa famille, qui lui a rendu visite dimanche dernier, a trouvé Fariba Pajooh très affaiblie physiquement et psychologiquement. »

Ses conditions d’emprisonnement sont dures. « Après un mois en isolement, elle a été transférée dans une cellule qu’elle partage avec une détenue de droit commun », précise la direction de Radio France internationale.

Fière d'être iranienne

Fariba Pajooh est un symbole de la nouvelle génération iranienne révélée par les manifestations entourant la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad, le 12 juin. Cette journaliste trentenaire, férue d’Internet, anime un blog qui lui vaut une grande notoriété. Elle est déjà passée par plusieurs journaux iraniens, successivement fermés par les autorités.

Collaboratrice de la rédaction persane de RFI et traductrice pour le quotidien espagnol El Mundo, elle est, selon son avocat, cité par le journal madrilène, « accusée de propagande contre la République d’Iran ».

Avide d’exercer son métier en toute liberté, donc perçue comme contestataire, elle se défend pourtant de vouloir dénigrer son pays. Elle avait récemment confié au quotidien français le Figaro, être fière de rappeler que les iraniennes représentent 60% des étudiants de l’université, qu’elles dirigent des entreprises et conduisent des taxis.

Fariba Pajooh a entamé son troisième mois de détention. Elle avait, selon Reporters sans frontières, commencé une grève de la faim qu’elle a interrompue suite à de grave problèmes de santé. Radio France internationale « appelle solennellement à sa remise en liberté immédiate ».

Le blog de soutien à Fariba Pajooh : freefariba.over-blog.com

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail