Accéder au contenu principal
Revue de presse Asie

A la une : Libération d’un prêtre irlandais aux Philippines

Publicité

Le Père Michael Sinnott avait été kidnappé le 11 octobre dernier dans le sud du pays par le Front de Libération Moro Islamique. Il a été libéré ce jeudi matin et la presse philippine est très réactive : c’est le premier gros titre des journaux en ligne. « Il va aussi bien que possible sachant que le prêtre souffre de problèmes cardiaques » affirment les journaux philippins. Dans The Inquirer, les autorités irlandaises affirment qu’aucune rançon n’a été payée alors que le MILF réclamait 2 millions de dollars. « Payer une rançon aurait mis en danger tous les autres travailleurs humanitaires dans la région ainsi que les citoyens irlandais » a expliqué le ministre des Affaires étrangères irlandais, Michael Martin, toujours cité par l’Inquirer. Le Manilla Bulletin rappelle lui que le père Sinnott a été libéré à la veille de l’arrivée ce jeudi aux Philippines de la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton.

D’une religion à l’autre et d’un religieux à l’autre… En Inde, c’est le Dalaï Lama qui a des problèmes avec les autorités

Et là aussi ça fait la Une de la presse. C’est le Times of India qui l’annonce : bien qu’il ait promis de ne pas interférer dans le voyage du Dalaï Lama dans la province d’Arunachal Pradesh, le gouvernement indien a tout de même fini par demander au chef spirituel des tibétains de restreindre son programme et il a ordonné aux journalistes qui couvraient ce voyage de quitter les lieux. Le gouvernement indien demande notamment au Dalaï Lama de transformer le discours public qu’il doit faire ce jeudi en prière religieuse. « C’est que la région est sensible » explique le Times of India. L’Arunachal Pradesh est en effet une région revendiquée par la Chine. D’où le caractère sensible de la visite du Dalaï Lama. La Chine avait d’ailleurs tenté de s’opposer à ce déplacement.

Toujours au chapitre religieux, cette déclaration du secrétaire général du Parti Démocratique du Japon, le parti au pouvoir…

Et reprise par l’Asahi Shimbun : Ichiro Osawa estime que la chrétienté et l’Islam sont deux religions très exclusives. « Au contraire, dit-il toujours cité par l’Asahi, le bouddhisme est une religion très ouverte, tolérante, c’est une tournure d’esprit » et il ajoute : « La façon dont vit la société occidentale montre bien qu’une civilisation basée exclusivement sur la chrétienté stagne ». Les Occidentaux apprécieront la réflexion qui engage le tout nouveau parti au pouvoir au Japon…

Le ton monte entre les deux Corées après l’incident naval de mardi…

Rodong Sinmun, l’organe officiel du Parti communiste nord-coréen affirme que l’échange de tir entre les deux navires est une conspiration du Sud pour détériorer les relations entre les deux Corées à travers une provocation militaire. Je vous rappelle que mardi matin, un navire sud-coréen a lance des sommations puis a ouvert le feu contre un bateau nord-coréen qui aurait franchi la frontière maritime entre les deux pays. Une frontière fixée par les Nations Unies et que le Nord ne reconnait pas.

Les Etats Unis ont accepté d’envoyer un émissaire spécial pour discuter directement avec la Corée du Nord mais ne renoncent pas pour autant aux sanctions contre la Corée du Nord.

Ils seraient même en train, selon le Chosun Ilbo, de chercher un moyen de priver Kim Jong il de l’accès à ses comptes courants. « Le 4 août dernier, écrit le Chosun Ilbo, alors que la Corée du Nord invitait à Pyongyang l’envoyé spécial américain Stephen Bosworth et que l’ancien président Bill Clinton était en Corée du Nord pour obtenir la libération des deux journalistes américaines, l’émissaire américain chargé des sanctions contre la Corée du Nord était, lui, à Moscou pour demander au gouvernement russe d’arrêter les activités d’une branche de la mafia qui alimente les comptes de Kim Jong-il ». « Les services secrets sud-coréens et américains, écrit encore le Chosun Ilbo, sont convaincus que la Corée du Nord a récemment reçu des devises étrangères toutes fraiches qui proviennent du trafic d’ivoire en Afrique, du trafic de faux dollars ainsi que de la vente de faux viagra et de drogue ».

Tension entre la Thaïlande et le Cambodge à propos de l’ancien Premier ministre Thaksin, la polémique n’est pas terminée…

« No, no, no, no ». Quatre fois «non» c’est le premier titre ce jeudi du Bangkok Post qui explique : « Le Cambodge a donné  quatre raisons pour lesquelles il n’extradera jamais Thaksin Shinawatra ». C’est fois c’est donc officiel : le Cambodge refuse d’extrader l’ancien Premier ministre thaïlandais qui est sous le coup d’une condamnation dans son pays. Je vous rappelle qu’au Cambodge, le premier ministre Hun Sen a accueilli Thaksin et lui a même offert un poste de conseiller économique. Ce que la Thaïlande considère comme une provocation. « Du coup, raconte le Bangkok Post, le gouvernement thaïlandais a décidé de revoir sa coopération avec le Cambodge ».

A Hong Kong, le South China Morning Post se range du côté thaïlandais.

« Dans un monde parfait, écrit le quotidien, les pays voisins devraient se respecter les uns les autres. Malheureusement dans la région du Mékong, on est loin de cette utopie. Et le Premier ministre cambodgien Hun  Sen aurait du s’abstenir d’accueillir l’ancien premier ministre Thaksin » écrit le South China Morning Post. Tandis que le journal thaïlandais The Nation estime lui que ce différent illustre aussi une différence de style entre ses dirigeants. « Une différence de génération » explique le journal. « Le vieux leader Hun Sen contre le jeune Premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva » explique The Nation. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.