Accéder au contenu principal
Climat

191 chefs d’Etat ou de gouvernement invités au Sommet de Copenhague

De g à d, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon et le Premier ministre danois Lars Loekke Rasmussen.
De g à d, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon et le Premier ministre danois Lars Loekke Rasmussen. AFP/Keld Navntoft
Texte par : Anne Lobjoie
2 min

En envoyant son invitation officielle à 191 chefs d’Etat et de gouvernement étrangers, jeudi 12 novembre 2009, le Premier ministre danois, Lars Loekke Rasmussen entend donner un nouvel élan à la conférence climat prévue en décembre prochain.

Publicité

«  Nos efforts communs seront jugés par les citoyens de la planète à la clôture de la conférence le 18 décembre », a déclaré le chef du gouvernement danois à l’adresse des dirigeants invité au sommet de Copenhague. Ban Ki-moon, secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU) qui organise cette conférence, a immédiatement salué son initiative de placer ce rendez-vous mondial sur le climat au plus haut niveau.

Ban Ki-Moon est convaincu que la présence des chefs d’Etats ou de gouvernement est « essentielle pour que les gouvernements parviennent à un accord sur les questions cruciales ». A la suite de la conférence climat de New York du 22 septembre 2009, il avait déjà indiqué que « la négociation d’un accord impliquait tellement d’enjeux transversaux »  que cela ne pouvait se réaliser qu’au plus haut niveau. Seuls les ministères concernés étaient initialement invités à participer à la réunion internationale -prévue du 7 au 18 décembre 2009.

De nombreuses Organisations non-gouvernementales ont immédiatement réagi à la suite de l’annonce officielle danoise. Greenpeace a déclaré que les chefs d’Etat qui ne souhaitent pas se rendre à Copenhague ne pourront plus « se dérober » maintenant qu’ils ont reçu une invitation. « Tous les chefs d’Etat doivent aller à Copenhague pour (…) cet accord clef et stopper le chaos climatique »,  a déclaré Tove Ryding, le représentant au Danemark de Greenpeace international. «Maintenant, le président Barack Obama doit répondre par l’affirmative », à l’invitation, a-t-il ajouté.

Pour en savoir plus:

Copenhague COP15
Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE)
United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCC)



 
 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.