Football/Mondial 2010

Attention aux trous d'Eire

Patrice Evra et ses coéquipiers risquent de souffrir dans le jeu aérien.
Patrice Evra et ses coéquipiers risquent de souffrir dans le jeu aérien. AFP

La France joue une partie de sa qualification au Mondial 2010 face à l'Eire en match aller du barrage (en direct sur RFI à partir de 19h40 TU). Supérieurs sur le papier, les Bleus doivent ramener un résultat de Dublin où les attendent des Irlandais gonflés à bloc. Une victoire placerait les Français en position idéale avant le match retour de mercredi à Saint-Denis.

Publicité

S’il n’y avait eu le 3-1 encaissé à Vienne face à l’Autriche il y a quatorze mois dans le groupe 7 des éliminatoires de la zone Europe, l’équipe de France de football n’en serait probablement pas là, à disputer un barrage face aux Irlandais en match aller-retour pour aller en Afrique du Sud. La déroute de Vienne vient à l’esprit parce qu’elle avait plombé d’entrée la campagne de qualification des Bleus au Mondial 2010 mais aussi parce qu’elle avait mis en lumière des lacunes en défense qui sont toujours d’actualité et sur lesquelles les Irlandais comptent bien s’appuyer ce samedi à Dublin et mercredi à Saint-Denis.

Esprit de corps

Depuis Vienne, les Français ont connu d’autres trous d'air sur les terrains et aussi quelques tempêtes en coulisse mais ils ont trouvé les ressources pour éviter le fiasco définitif. Le déclic est survenu en septembre quand les joueurs se sont pris en main alors que le sélectionneur Raymond Domenech était de plus en plus malmené. Les résultats n’ont pas permis aux Bleus d’éviter le barrage mais on a senti naître un esprit de corps dont la manifestation la plus éclatante fut le 1-1 ramené de Belgrade en jouant à 10 contre 11 pendant plus de 80 mn contre les Serbes.

Ce match référence servira forcement de point d’ancrage quand retentiront les chants irlandais dans les travées de Croke Park, le quatrième plus grand stade d’Europe. Manquer le Mondial en Afrique du Sud tiendrait du sacrilège pour une sélection tricolore qui compte quelques-uns des meilleurs joueurs du monde à leur poste, ce que les Irlandais eux-mêmes sont les premiers à reconnaître. Malgré l’absence de Franck Ribéry, les adducteurs douloureux de Jérémy Toulalan, le petit passage à vide de Yoann Gourcuff et les cinq buts encaissés par Hugo Lloris dimanche soir contre Marseille, la France est bien la favorite de ce double duel.

Trapattoni a tout prévu

Au talent français, les Irlandais vont opposer leurs qualités ancestrales: engagement physique, combinaisons sur les coups de pied arrêtés, qualité dans le jeu aérien. A ces vertus traditionnelles vient s’ajouter un élément psychologique indéniable: la présence sur le banc de l’entraîneur italien Giovanni Trapattoni et de son staff. Contrairement aux Français, les Irlandais n’ont perdu aucun match en qualification, pas même contre l'Italie championne du monde, des résultats auxquels le « Trap » et sa connaissance universelle du football ne sont pas étrangers.

Au plan individuel, les Verts s’appuieront sur le meilleur gardien des Iles britanniques en la personne de Shay Given (Manchester City), sur l’expérience des défenseurs John O’Shea (Manchester United) et Richard Dunne (Aston Villa), l’activité des milieux Damien Duff (Fulham) et Glen Whelan (Stoke city) et la ruse de l’attaquant Robbie Keane (Tottenham). Sûrs d’eux, les Irlandais ont confié qu’un 0-0 à Croke Park ne serait pas forcément un mauvais résultat. Et ils se sont déjà préparés à une éventuelle séance de tirs au but mercredi soir au Stade de France. Bref, ils sont prêts à tout.

Ecoutez Eire-France en direct de Dublin sur RFI avec nos envoyés spéciaux Christophe Diremszian et Olivier Pron, prise d'antenne à 19h40 TU.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail