Accéder au contenu principal
Royaume-Uni / Médias

La BBC joue la transparence

Quartiers généraux de la BBC, au nord de Londres, le 11 juin 2008.
Quartiers généraux de la BBC, au nord de Londres, le 11 juin 2008. AFP/Max Nash
Texte par : RFI Suivre
2 min

Premier groupe audiovisuel au monde, la BBC a réagi à l'avalanche de critiques sur son train de vie en publiant le montant des plus gros salaires de la maison et leurs notes de frais. Le groupe a également anticipé une cure d'austérité annoncée comme inéluctable en annonçant des suppressions d'emploi et des mesures d'économie.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

La publication de ces informations sensibles sur son site internet est une réponse directe de la BBC aux critiques sur la politique commerciale et le train de vie de la plus puissante société de diffusion au monde. On apprend ainsi que les salaires des 107 principaux dirigeants dépassent tous 110 000 euros. Le plus haut salaire est celui de Mark Thomspon, son directeur général, qui s’élève à quelque 920 000 euros.

Outre les salaires, les dépenses de son état-major ont aussi été épluchées, des tickets de parking aux vols d’affaires, en passant par les notes dites d’ «hospitalité», c’est-à-dire l’achat de rafraîchissements. Les Britanniques ont ainsi découvert que l’argent de la redevance servait régulièrement à financer l’organisation de petits cocktails pour fêter par exemple le succès de tel ou tel programme…

La transparence n’est donc pas sans risque mais dans le cas de celle qu’on appelle souvent affectueusement la Beeb, c’est une question de survie face aux menaces d'austérité proférées aussi bien par les travaillistes que par les conservateurs qui pourraient bien supplanter les premiers après les élections, en mai prochain.

La BBC veut donc prendre les devants et a annoncé la suppression de 20% de ses 24.000 emplois et de 10% des programmes sur huit ans, sans oublier une réduction de 25% des salaires de ses dirigeants, un gel des salaires, et l’abandon des bonus. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.