Accéder au contenu principal
Vietnam / France

Fin du voyage de François Fillon

Le Premier ministre français, François Fillon, s'est rendu au mausolée d'Hanoi.
Le Premier ministre français, François Fillon, s'est rendu au mausolée d'Hanoi. REUTERS/Kham
Texte par : RFI Suivre
3 min

En se rendant à Hué, ville impériale, touristique et culturelle, pour la fin de sa visite au Vietnam, François Fillon a voulu montrer qu'il existait un véritable lien entre la France et le Vietnam, au-delà du simple intérêt commercial, qui a pourtant motivé cette visite de trois jours.   

Publicité

Avec notre envoyée spéciale au Vietnam, Valérie Gas

Pour la dernière journée de sa visite au Vietnam, François Fillon s’est rendu à Hué, ancienne capitale impériale du pays. Une visite culturelle qui a débuté au son des tambours traditionnels. Et surprise, à l’entrée de la cité impériale, le Premier ministre a rencontré des touristes français ; l’occasion pour lui de serrer quelques mains. Comme les touristes, François Fillon a choisi de se rendre dans une ville-symbole du pays.

François Fillon : « Je ne pouvais pas mieux conclure cette visite qu’en venant ici, à Hué, dans cette capitale impériale qui témoigne de façon tellement éclatante de la richesse de l’Histoire et de la culture, dans laquelle le Vietnam moderne tire ses racines ».

Mais Hué n’a pas été seulement une escapade touristique. Il s’agissait aussi de convaincre les Vietnamiens que le lien désiré par la France n’est pas seulement commercial. « Je suis venu, parce que je pense que c’est important de témoigner lorsque l’on visite un pays comme le Vietnam du respect qu’on a pour sa civilisation et sa culture », insiste François Fillon.

Et pour mieux faire passer son message, François Fillon a annoncé le déblocage de 200 000 mille euros pour venir en aide aux victimes des récents typhons qui ont frappé le centre du pays.

Avec notre envoyée spéciale à Hué, Valérie Gas

C’est une longue visite qu’a effectuée François Fillon au Vietnam. Trois jours, trois villes : Hanoï au Nord, Ho Chi Minh-Ville au Sud et Hué au Centre ; autant dire que le Premier ministre français n’a pas ménagé sa peine. Il a multiplié les rencontres politiques et les symboles, notamment en déposant une gerbe, au Mausolée d’Ho Chi Minh, le héros national de ce pays communiste, à Hanoï.

Des accords de coopération ont été signés et des pistes de contrats ébauchés, comme pour la vente d’Airbus A380 à Vietnam Airlines, la construction d’une ligne de métro à Hanoï ou d’un tramway à Ho Chi Minh-Ville, mais rien de ferme pour le moment

Le bilan est néanmoins plutôt positif puisque l’objectif de François Fillon était, a-t-il expliqué de « donner une nouvelle impulsion aux relations entre les deux pays » et donc de poser des jalons pour l’avenir. Et au final, François Fillon s’est réjoui d’avoir trouvé auprès des autorités vietnamiennes des identités de vue sur des sujets chers à la France, comme la rénovation de la gouvernance mondiale ou la préparation du sommet de Copenhague sur l’environnement

Pour concrétiser les efforts, il faudra maintenant que la France continue à s’engager au Vietnam et peut-être aussi que le président Sarkozy fasse le déplacement, comme le souhaitent les autorités vietnamiennes.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.