Accéder au contenu principal
Royaume-Uni / Irak

Ouverture d'une enquête sur des cas de tortures de civils irakiens

Bill Rammell, le secrétaire d'Etat des forces armées britanniques.
Bill Rammell, le secrétaire d'Etat des forces armées britanniques. AFP/Vanderlei Almeida
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Une enquête a été ouverte sur des cas présumés de tortures de civils irakiens commis par des soldats britanniques, a annoncé vendredi soir le ministère britannique de la Défense. Peu auparavant, le quotidien The Independent avait dénoncé sur son site internet, 33 cas présumés d'abus, dont des viols, des tortures et des agressions physiques.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

L’enquête sur ces nouveaux cas de torture répond au dépôt d’une plainte officielle au ministère britannique de la défense par l’avocat représentant 33 civils irakiens.

Le quotidien The Independent qui dévoile dans ses colonnes les détails de ces nouvelles allégations s’interroge d’ailleurs sur une collusion entre les armées américaine et britannique. En effet, les civils qui ont déposé plainte affirment que des soldats britanniques ont imité les abus sexuels et physiques qui figuraient sur les photos prises par des militaires américains dans la prison d'Abou Ghraib, près de Bagdad.

Un jeune homme affirme ainsi avoir été violé par deux soldats britanniques alors que d'autres racontent avoir été entièrement déshabillés, puis abusés et photographiés entre 2003 et 2007.

L’émergence régulière de nouvelles plaintes

Plusieurs femmes soldats seraient impliquées dans ces abus que certains plaignants estiment faire partie de techniques d’humiliation sexuelle employées par les américains.

Rattrapée par ces accusations de torture, l’armée britannique s’en tient, elle, à la même ligne de défense : le secrétaire d'Etat des forces armées, Bill Rammell, indique prendre au sérieux ces accusations et concède qu’un petit nombre d’individus s’est mal conduit, mais il maintient que l’immense majorité des 120 000 militaires britanniques a respecté en Irak les plus hauts critères d'intégrité.

Une vision pourtant de plus en plus contestée avec l’émergence régulière de nouvelles plaintes.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.