Maroc / Sahara Occidental

Une militante marocaine pro-Polisario refoulée

Le Sahara Occidental.
Le Sahara Occidental. (Carte : S. Borelva / RFI)

Une militante saharaouie de nationalité marocaine, proche du Front Polisario, a été refoulée ce samedi vers les îles Canaries. L’arrestation d’Aminatou Haidar illustre le rappel à l'ordre du Maroc envers les indépendantistes. 

Publicité

Aminatou Haidar demeure indésirable au Maroc. Arrivée vendredi à l’aéroport de Laâyoune, la militante sahraouie a été arrêtée, « pour s’être opposée aux formalités de police », affirment les autorités. Cette ancienne prisonnière politique revenait d’une tournée à l’étranger, pour défendre le droit à l’autodétermination du Sahara occidental, où se joue un conflit de trente-quatre ans entre le Maroc et le mouvement indépendantiste du Front Polisario, soutenu par l’Algérie.

Après l’expulsion des deux journalistes espagnols qui l’accompagnaient, Aminatou Haidar a été à son tour renvoyée ce samedi vers les îles Canaries, où elle attend de récupérer son passeport.

Cet éloignement illustre le retour à la fermeté prônée par le Maroc sur le Sahara Occidental, pour lequel il propose une large autonomie mais sous sa souveraineté. « Ou on est patriote, ou on est traître », avait clamé le roi Mohammed VI, le 6 novembre dernier, lors du 34e anniversaire de la Marche verte, quand furent annexés ce que Rabat appelle « les provinces du Sud ».

Arrêtés le 8 octobre, après avoir visité les camps de Tindouf, contrôlés par le Front Polisario, sept militants sahraouis attendent, quant à eux, le début de leur procès devant le tribunal militaire de Rabat. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail