Accéder au contenu principal
Thaïlande

Les anti-Thaksin manifestent dans la capitale

Manifestation des « chemises jaunes », à Bangkok le 15 novembre 2009.
Manifestation des « chemises jaunes », à Bangkok le 15 novembre 2009. REUTERS/Sukree Sukplang
Texte par : RFI Suivre
2 min

Les royalistes thaîlandais, et surtout anti-Thaksin, étaient près de 20 000 dans les rues de Bangkok pour réclamer l'arrestation de l'ancien Premier ministre, Thaksin Shinawatra, renversé par les militaires en septembre 2006. et parti en exil juste avant sa condamnation à deux ans de prison ferme pour corruption et qui, ces derniers jours, est venu narguer le gouvernement et la justice de son pays à Phnom Penh, chez le voisin cambodgien qui lui a accordé un asile politique.

Publicité

Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

Face au grand palais des rois de la dynastie Chakri, scintillant dans la nuit, environ vingt mille Thaïlandais se sont assis sur l’esplanade Royale, détrempée par la pluie. Sur l’estrade, défilent des politiciens, des poètes et des chanteurs, qui, chacun à leur façon, fustigent l’ancien leader thaïlandais, Thaksin Shinawatra et le Premier ministre du Cambodge, Hun Sen.

C’est un rassemblement à la fois nationaliste et royaliste. Beaucoup dans la foule ont amené des portraits du roi Bhumibol et presque tous ont des drapeaux thaïlandais qu’ils agitent au rythme des rengaines chauvines. Dans une déclaration solennelle, un orateur accuse Thaksin d’être un traître à la patrie et d’avoir conspiré avec l’ennemi, pour détruire la dignité de la Thaïlande. Hun Sen se voit lui, reproché d’avoir insulté l’honneur de la Thaïlande d’une manière qui ne pourra jamais être pardonnée.

Le rassemblement est organisé par les « chemises jaunes », les opposants à Thaksin Shinawatra, mais il est clair que la foule est plus diverse que lors des manifestations habituelles de ce groupe. C’est une assistance mélangée de provinciaux et de Bangkokois, de bourgeois des villes et de petites gens des quartiers périphériques, signe sans doute, de ce que l’attitude de Thaksin Shinawatra lui a fait perdre en partie sa popularité, comme l’attestent les sondages.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.