Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

La France plaide pour le «droit à l'oubli» sur internet

Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre du Développement de l'économie numérique, le 27 mai 2009.
Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre du Développement de l'économie numérique, le 27 mai 2009. AFP/Franck Fife
Texte par : RFI Suivre
2 min

La secrétaire d’Etat française à l’Economie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet, va plaider au 4e Forum sur la gouvernance de l'internet (IGF) pour un « droit à l’oubli » numérique, pour mieux protéger la vie privée. Ce Forum de l'IGF, consacré à la sécurité sur la Toile et l'impact des réseaux de socialisation, s’est ouvert dimanche 15 novembre à Charm el-Cheikh, en Egypte. 

Publicité

Bernard Benhamou

La secrétaire d’Etat à l’Economie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet, a lancé le 12 novembre une consultation nationale sur le droit à l’oubli sur internet. Un site internet sera ouvert le 25 novembre pour que les internautes fassent connaître leurs propositions. L’objectif serait de permettre aux individus de mieux contrôler les traces et données personnelles qu’ils laissent sur internet, avec comme visée, d’ici la mi-2010, la rédaction d’une charte de bonne conduite. 

Le « droit à l’oubli » sur internet est fondamental pour deux raisons. D’abord, parce qu’aujourd’hui, cet outil nous expose à des risques, en mettant à portée d’institutions ou d’entreprises des données personnelles que nous avons oubliées ou que nous ne souhaitons pas conserver. Mais aussi parce que l’oubli, autant que la mémoire, est essentiel à l’humain. C’est la thèse de Viktor Mayer-Schönberger, auteur d’un livre sur la question, Delete : The Virtue of Forgetting in the Digital Age :

« La capacité d’oublier est ce qui fait de nous des êtres humains. Si vous ne savez pas oublier, vous aurez toujours des confrontations, des rappels de détails du passé. On ne serait pas capables d’agir, de décider et de fonctionner dans le présent ».

Pour effacer les données personnelles, il ne suffit pas, selon lui, d’un outil technologique. Il propose une solution ou l’individu participe activement au tri des données qui le concerne :

« Quand les gens ont envie de sauvegarder ou de partager des informations avec d’autres, ils y attacheraient une date d’expiration. Et quand cette date d’expiration serait atteinte, l’information serait effacée. Nous avons besoin en tant que citoyens d’être maîtres de cette décision, de choisir nous-mêmes de ce qui de nos informations personnelles sera retenu ou effacé. Ce ne doit pas être le choix des grosses corporations, ou des gouvernements de nos pays, ou des Etats-Unis ».       

Le 25 novembre un site internet sera ouvert. Les internautes pourront y faire leurs propres propositions pour la future charte de bonne conduite.  

L'Egypte crée le premier nom de domaine en arabe

En marge de la conférence consacrée à la gouvernance du réseau à Charm el-Cheikh, l'Egypte a annoncé dimanche le lancement du domaine internet « .misr », comme il existe les « .com » ou « .org ». 

Le nom de domaine « .misr », qui signifie Egypte en arabe, devient ainsi à partir de ce lundi 16 novembre le premier nom de domaine en caractère arabe. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.