Accéder au contenu principal
Proche-Orient

Bernard Kouchner, à la recherche d’interlocuteurs pour la paix

Le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner (à droite), et son homologue israélien, Avigdor Lieberman, le 18 novembre 2009.
Le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner (à droite), et son homologue israélien, Avigdor Lieberman, le 18 novembre 2009. AFP/Gali Tibbon
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le ministre français des Affaires étrangères est ce mercredi en Israël, pour rencontrer Benjamin Netanyahu, le Premier ministre, et le président Shimon Peres. Une visite qui intervient au lendemain de l’annonce par Israël de nouvelles constructions de logements dans la partie annexée de Jérusalem-Est et à la veille de sa rencontre à Amman avec Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne.

Publicité

Avec notre correspondante à Jérusalem, Catherine Monnet

La France a un objectif : tout faire pour relancer les négociations entre Israéliens et Palestiniens, pour relancer un processus de paix complètement bloqué depuis la guerre à Gaza. Mais pour ce faire, il faut d'abord avoir des interlocuteurs, des partenaires. D'où la priorité de Bernard Kouchner : rencontrer Mahmoud Abbas pour l'encourager à ne pas jeter l'éponge, comme il l'a annoncé au début du mois.

Le chef de la diplomatie française ne sait pas encore s'il a réussi à convaincre le président palestinien. Mais il veut croire que Mahmoud Abbas n'est pas insensible aux différentes marques de soutien qu'il reçoit : « Je connais Monsieur Mahmoud Abbas depuis très très longtemps, donc je crois qu’il est un peu flexible, comme on dit, qu’il a considéré comme important, je crois, le soutien international, et le soutien que nous lui apportons à lui, personnellement. Lui le président de l’OLP ».

La communauté internationale dit soutenir le président palestinien. Mais parallèlement, elle n'arrive pas à faire pression sur Israël qui a annoncé le 17 novembre, de nouvelles constructions dans la partie annexée de Jérusalem-Est. Or, l'arrêt de la colonisation est une condition préalable aux yeux des Palestiniens pour reprendre les pourparlers. Un contexte guère favorable donc au chef de la diplomatie française qui ne cesse de rappeler « l'impérative nécessité » de reprendre des négociations politiques.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.