Etats-Unis

Obama : Guantanamo ne fermera pas en janvier 2010

Le camp américain de Guantanamo
Le camp américain de Guantanamo AFP

Dans une série d'entretiens aux chaînes de télévisions américaines, le président américain Barack Obama a reconnu pour la première fois publiquement que le camp militaire de Guantanamo ne pourra pas être fermé à la date prévue du 22 janvier 2010.

Publicité

La prison de Guantanamo ne pourra être fermée à la fin de janvier prochain, comme l’avait promis Barack Obama à son arrivée à la Maison Blanche. Le président américain l’a reconnu mercredi soir lors d'une série d'entretiens télévisés donnés depuis l'Asie où il effectue une tournée régionale.

« Non, je ne suis pas déçu, je savais que cela serait difficile. C'est difficile, pas seulement à cause de la politique, je comprends que les gens aient peur après toutes ces années où on leur a expliqué que Guantanamo était indispensable pour que les terroristes soient hors du pays. Donc, je savais bien qu'il fallait changer cela », a déclaré Barack Obama.

Quelque 215 personnes sont toujours détenues à la base militaire américaine à Guantanamo. Cinq d’entre eux, accusés d’être impliqués dans les attentats du 11-Septembre, vont être jugés prochainement à New York. Washington multiplie les démarches pour juger, transférer ou libérer l’ensemble des prisonniers de Guantanamo.

« Mais c'est aussi difficile sur un plan technique. L'une des choses que l'on a su très tôt, c'est qu'il y a à Guantanamo un groupe de détenus qui peuvent être jugés, et ils le seront. Il y a un groupe de détenus qui peuvent être expulsés et envoyés dans d'autres pays, et ils le seront aussi. Mais il y a aussi un groupe de détenus qui sont dangereux pour les Etats-Unis, mais malheureusement les preuves que l'on a contre eux ne sont pas recevables, et on savait depuis le début qu'il serait difficile de décider de ce que l'on allait en faire ». Et le président américain d’ajouter : « Le processus est en route, j'espère que Guantanamo sera fermé l'année prochaine, mais je ne vais pas fixer de date précise, parce que cela dépend aussi de la coopération du Congrès ».

Nathalie Berger, coordinatrice pour les Etats-Unis d'Amnesty International

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail