Revue de presse des Amériques

La réforme de la santé au Sénat

Publicité

« Le Sénat américain se prépare au combat sur un débat historique », titre le Miami Herald Tribune. La Chambre des représentants a d’ores et déjà adopté un plan concernant la réforme de la santé, la chambre haute doit maintenant en faire autant. Les deux versions devront ensuite fusionner pour aboutir au texte final. Le sénateur Harry Reid, chef de file de majorité démocrate, a dévoilé son projet mercredi. « Chiffré à 849 milliards de dollars, le document prévoit d’étendre la couverture santé à 30 millions d’américains et d’obliger les compagnies d’assurance à les accepter sans condition ». Le Washington Post précise : « Les entreprises qui ne proposent pas de couverture à leurs employés auront des amendes, les immigrants illégaux sont exclus du système et, sur l’avortement, le texte du Sénat est moins restrictif que celui qui est passé à la Chambre des représentants ». « Ce projet courtise les modérés », analyse en titre le Boston Globe, il devrait être soumis à un vote test samedi. « Les démocrates sont confiants », dit le New York Times mais les républicains annoncent « le début d’une croisade ». Il faudrait que le camp démocrate vote comme un seul homme et que deux autres sénateurs se rallient au plan pour qu’il puisse être adopté.

Ottawa ferme les yeux sur la torture de prisonniers afghans

« Le Canada a envoyé des innocents à la torture », affirme le Devoir. Ottawa « complice », dénonce le Globe and Mail à la une. Les deux quotidiens canadiens s’appuient sur le témoignage de Richard Colvin rendu public hier. Ce diplomate a été en poste 17 mois en Afghanistan, à Kandahar en 2006 et 2007. Il assure qu’au cours de sa mission « l’armée canadienne a remis aux forces afghanes, des prisonniers capturés au cours d’opération de routine en sachant pertinemment qu’ils seraient soumis à la torture ». Ces hommes étaient parfois innocents, « pris au mauvais endroit au mauvais moment ». La presse reprend l’analyse du diplomate : « Cela nous a aliéné la population locale et a renforcé l’insurrection ». Richard Colvin assure avoir alerté les plus hautes autorités militaires, il n’a reçu qu’une seule réponse : « Arrêtez d’écrire des comptes rendus sur cette question ». Le Devoir décode : « les rapports ont été censurés ».

L’affaire Battisti vue du Brésil

La presse brésilienne commente largement la décision de la Cour suprême qui a donné mercredi son feu vert à l’extradition de l’ancien militant d’extrême gauche vers l’Italie. Folha explique que les 9 juges de la Cour suprême ont débattu pendant des heures et révèle qui était pour, qui était contre. Mais la Cour suprême laisse finalement le soin au président Lula de décider en dernier ressort. Que va faire le chef de l’Etat ? Cesare Battisti est aujourd’hui réfugié politique au Brésil. Les journaux croient savoir que Brasilia cherche une porte de sortie honorable, sans froisser les autorités italiennes. O Globo évoque une solution « diplomatiquement correcte et juridiquement envisageable » : donner asile à Cesare Battisti « pour raisons humanitaires ».

La Californie impose la vente de téléviseurs moins gourmands en énergie

« Les écrans de télé au régime », dit le Los Angeles Times. La Californie sera en 2011 le premier Etat américain à imposer la vente de téléviseurs qui consomment moins. La commission énergétique californienne a voté mercredi un arsenal règlementaire qui définit les nouveaux standards : « dès 2011, tous les écrans de moins de 147 centimètres vendus dans l’Etat devront consommer 33% d’énergie de moins qu’aujourd’hui ». Ce geste pour la planète agace les fabricants : ils affirment qu’il s’agit d’une politique « dangereuse pour l’économie de la Californie, dangereuse pour l’innovation technologique et dangereuse pour la liberté des consommateurs ».

Quelques nouvelles du Père Noël

« Il ne nous écrira plus », regrette le quotidien canadien Globe and Mail. Les services postaux de la ville de « Pôle Nord » en Alaska s’apprêtent à jeter l’éponge. « Depuis 1954, des volontaires de cette petite ville ouvraient les lettres écrites par les enfants au Père Noël et rédigeaient des réponses dûment estampillées « North Pole », le cachet de la poste faisant foi… Une sombre histoire de pédophile, identifié dans l’équipe de volontaires, a obligé les autorités à mettre en place « de nouvelles procédures pour déterminer qui a accès aux adresses et au nom des enfants ». L’affaire n’est pas réglée et en attendant, le Père Noël ne répondra sans doute pas à toutes les lettres qui lui seront envoyées, au Pôle Nord, cette année.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail