Accéder au contenu principal
Grippe A (H1-N1)

Une mutation du virus confirmée en Norvège

L'OMS précise que malgré la mutation, le virus "reste sensible aux médicaments antiviraux".
L'OMS précise que malgré la mutation, le virus "reste sensible aux médicaments antiviraux". Reuters / Hyungwon Kang
Texte par : RFI Suivre
2 min

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé que la Norvège avait mis en évidence une nouvelle mutation du virus A (H1-N1). Trois patients ont été contaminés. Particulièrement virulent, le virus est cependant sensible aux traitements.

Publicité

Avec notre correspondant à Genève, Laurent Mossu

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été officiellement informée du constat de mutation du virus de la grippe A (H1-N1), dressé par les autorités norvégiennes.
Les virus en question ont été isolés dans trois cas : deux sur le corps de personnes décédées et un sur un malade gravement atteint.

Les scientifiques norvégiens, qui ont analysé les échantillons recueillis sur plus de 70 patients, n’ont détecté aucun autre cas de mutation. A ce stade, dit l’Organisation mondiale de la santé, il est tout de même encore difficile d’évaluer la signification et la portée du phénomène. Mais elle précise que le virus reste sensible aux antiviraux, que l’efficacité des vaccins n’est pas remise en cause et que ceux-ci confèrent la protection attendue.

Dans une demi-douzaine de pays, des mutations avaient déjà été enregistrées depuis le printemps, sans effets particuliers sur l’évolution de la pandémie.

Avec notre correspondant à Oslo, Grégory Tervel

L’annonce de la mutation du virus n’a pas créé de grande inquiétude en Norvège. Même si cette nouvelle forme est potentiellement plus dangereuse chez certaines personnes à cause de sa capacité à pénétrer plus profondément dans le système respiratoire, les autorités sanitaires se veulent rassurantes. Les trois cas détectés, sur 70 étudiés, concernent des malades qui ont contracté la grippe en juillet et en août. Selon l’Institut national de santé publique, il s’agirait plutôt de changements spontanés chez ces trois patients et donc le virus qui a muté ne circulerait pas dans la population actuellement. Pour les autorités, cette découverte est avant tout une preuve que le virus est instable et qu’il a une capacité à muter.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.