Accéder au contenu principal
Iran / Justice

Un ancien vice-président condamné à 6 ans de prison

Mohammad Ali Abtahi appelé à la barre lors de son procès devant le tribunal révolutionnaire, à Téhéran, le 1er août 2009.
Mohammad Ali Abtahi appelé à la barre lors de son procès devant le tribunal révolutionnaire, à Téhéran, le 1er août 2009. AFP/Fars News

Selon le site internet de l'opposant Mir Hossein Moussavi, l'ancien vice-président réformateur Mohammad Ali Abtahi vient d'être condamné à 6 ans de prison. Il avait été arrêté lors des manifestations de juin dernier contre la réélection du président Ahmadinedjad. Malgré tout, le chef de file de l'opposition iranienne, Moussavi, continue à faire entendre sa voix ; il se déclare déterminé à poursuivre son mouvement quel qu'en soit le prix à payer, précise-t-il sur son site internet.

Publicité

Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

L’ancien vice-président est le plus haut responsable réformateur à avoir été condamné à une peine de prison. Mohammad Ali Abtahi a été vice-président durant le mandat de Mohammad Khatami. Il est notamment accusé de complot contre la sécurité nationale, de propagande contre le régime, insulte au président de la République et troubles de l’ordre public. Il avait été arrêté durant les manifestations contre la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad en juin dernier.

Dans le même temps, un responsable de la justice a annoncé que Mohammad Ali Abtahi sera libéré sous caution en attendant la confirmation de sa peine. Selon ce responsable, il a versé une caution de 700 000 dollars. Il y a quelques jours, la justice iranienne avait annoncé que 5 personnes, arrêtées lors des manifestations de protestation, avaient été condamnées à mort et 80 autres à des peines allant jusqu’à 15 ans de prison.

Quelque 4 000 personnes ont été arrêtées lors des troubles qui ont suivi la présidentielle du 12 juin. La plupart a été libérée mais 140 personnes sont toujours en cours de procès pour complot contre le régime. Avec ces peines particulièrement lourdes, le pouvoir iranien veut montrer sa détermination à contrôler le mouvement de protestation.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.