Accéder au contenu principal
Economie

Le gendarme de la Bourse se penche sur l'affaire EADS

L'Autorité des marchés financiers, à Paris, le 30 mars 2004.
L'Autorité des marchés financiers, à Paris, le 30 mars 2004. AFP/Thomas Coex
Texte par : RFI Suivre
2 min

La commission des sanctions de l'AMF, l'Autorité des marchés financiers, va auditionner à partir du 23 novembre, 17 personnes soupçonnées de délits d'initiés au sein du groupe européen d'aéronautique et de défense EADS. Il s'agit de l'une des affaires politico-financières les plus délicates qu'ait eu à traiter le gendarme de la Bourse.

Publicité

C'est une audience exceptionnelle qui se tient à partir de ce lundi devant la commission des sanctions de l'AMF. Exceptionnelle, en raison notamment du nombre et de la qualité des personnes entendues : 17 dirigeants, anciens et actuels, du géant européen d'aéronautique et de défense ainsi que les représentants de ses deux actionnaires privés, les groupes Lagardère et Daimler.  

Le gendarme français de la Bourse les soupçonne en effet de s'être indûment enrichi en 2006 en vendant leurs actions avant l'annonce des retards de livraison du gros porteur d'Airbus l'A380. Annonce qui a fait plonger le cours de l'action en Bourse.

Parmi les personnalités sur la sellette, l'ancien co-président d'EADS, le Français Noël Forgeard qui a réalisé une plus-value de 3,7 millions d'euros, ou encore l'Américain John Leahy, l'actuel directeur commercial d'Airbus qui a dégagé un bénéfice de 2,2 millions d'euros.

L'AMF devra donc non seulement trancher et dire qui, à ses yeux, a fauté, mais aussi fixer le montant des amendes infligées aux personnes reconnues coupables. Des amendes qui peuvent aller jusqu'à dix fois le profit réalisé.

Si l'AMF a pour mission de traiter le volet administratif de cette affaire, une enquête pénale est également en cours. En cas de procès, les accusés encourent jusqu'à deux ans de prison.  

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.